DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le roman "Les petites filles et la mort" devient un opéra


le mag

Le roman "Les petites filles et la mort" devient un opéra

En partenariat avec

L’opéra national grec a présenté la première mondiale d’un nouvel opéra inspiré par le roman d’Alexandre Papadiamatis “==“Les Petites Filles et la Mort”==”. Un classique de la littérature moderne grecque écrit en 1903. La musique de cette adaptation d’une histoire de crime et de châtiment a été composée par Giorgos Koumendakis.

Myron Michailidis, directeur artistique de l’opéra : “Jusqu‘à présent tous les complots des opéras étaient liés à la Grèce antique. Nous sommes très heureux que cette commande à Giorgos Koumendakis ajoute quelque chose de plus, elle mélange la création symphonique occidentale contemporaine avec des éléments de la musique grecque et particulièrement la tradition musicale locale.”

La vieille Yannou est au chevet de sa petite-fille, âgée de quelques jours à peine et déjà gravement malade. Au fil des heures de veille durant lesquelles elle se remémore sa vie passée, elle découvre qu’elle n’a jamais vécu que dans la servitude. Elle se persuade alors que son devoir est de délivrer — par tous les moyens, y compris la mort — les petites filles de l’enfer qui les attend.

Giorgos Koumendakis, compositeur : “J’ai travaillé sur cet opéra ces trois dernières années en essayant, sans succès de donner un visage au personnage féminin principal, la meurtrière. En fin de compte j’ai trouvé une solution au travers de la musique. Nous avons joué à cache cache pendant longtemps. A la fin ma plus grande réussite a été que j’ai aimé cette femme monstrueuse.”

Comprenant son erreur, la meurtrière qui se voulait libératrice, glisse vers la folie. Elle est jouée par la soprano Irini Tsirakidou : “Son comportement est vraiment extrême. En raison de son inhabilité à gérer en elle tous ces bouleversements psychologiques et sentimentaux et ces fardeaux. Elle ne peut pas supporter l’environnement social de cette époque. Il lui devient impossible de gérer cette situation.”

Vassilis Christopoulos, l’ancien directeur artistique de l’Orchestre d‘état athénien est le chef d’orchestre de la production. Nous luis avons demandé si cette oeuvre peut trouver sa place dans le répertoire mondial de l’opéra.

Vassilis Christopoulos : “Tous les grands, les opéras établis du répertoire ont de profondes racines dans l’histoire d’un pays et dans son environnement social. Ils disposent d’un point de départ très spécifique. Dans ce sens, je crois que l’opéra de Koumendakis remplit toutes les conditions pour devenir une des oeuvres les plus significatives du répertoire mondial.”

L’opéra “Les Petites Filles et la Mort” (la traduction originale du titre serait les meurtrières) est donné à Athènes au Mégaron.

Prochain article

le mag

"Visa For Music" un tremplin pour la musique