DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le pape appelle l'Europe à se réveiller

Vous lisez:

Le pape appelle l'Europe à se réveiller

Taille du texte Aa Aa

La dignité humaine. C’est sur cette valeur que le pape François a fondé son discours devant le Parlement européen appelant à un réveil de l’Europe. C‘était le premier discours d’un souverain pontife devant les eurodéputés depuis 26 ans. 26 années au cours desquelles l’Europe s’est transformée, pas toujours pour le meilleur.

“ Les grands idéaux qui ont inspiré l’Europe semblent avoir perdu de leur force d’attraction au profit des technicités bureaucratiques “ , a-t-il déclaré.

Pour le pape argentin, soucieux des questions sociales, ce vieux continent qui tourne autour de l‘économie doit résoudre la question de l’emploi en tenant compte des individus.

“ Cela implique de trouver de nouvelles manières de conjuguer la flexibilité du marché avec le besoin de stabilité et de sécurité des perspectives d’emploi indispensables pour le développement humain des travailleurs. “

Autre thèmes forts évoqués, l‘écologie et les flux migratoires. C’est uniquement en agissant sur les causes dans les pays d’origine, a-t-il martelé, que la question pourra être réglée.

“ On ne peut pas tolérer que la Méditerranée devienne un grand cimetière.// Sur les bateaux qui arrivent chaque jour sur les côtes européennes, il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d‘être accueillis et aidés. “

Strasbourg étant aussi le siège du Conseil de l’Europe, après son discours devant le Parlement européen, le pape s’est rendu devant l’organisation paneuropéenne.

A travers cet autre hémicycle, le pape François s’est adressé aux 47 pays du Conseil de l’Europe, là encore regrettant les individualismes indifférents, mais en saluant aussi ce qu’il a appelé la multipolarité européenne.

Suite aux discours du pape François à Strasbourg, euronews a interrogé le professeur Anne Morelli, professeur au Centre interdisciplinaire d‘étude des religions et de la laïcité à l’Université Libre de Bruxelles.

euronews : “ Qu’est-ce qui vous a surprise dans ce discours du pape ? “

Anne Morelli : “ Absolument rien. Il y avait le plaidoyer habituel contre l’avortement, contre l’euthanasie, discrètement. Et puis à côté de ça des choses très gentilles comme : il faut accueillir les migrants, il faut empêcher la solitude des vieux. “

euronews : “ Il y avait aussi un appel très fort à une économie plus sociale. “

Anne Morelli : “ Ce sont des appels gentils, certainement, mais qui vont avoir quelles suites ? Il parlait à des autorités de divers gouvernements. Est-ce qu’ils vont changer quelque chose dans leurs politiques à partir de demain ? Est-ce qu’ils vont modifier les équilibres économiques ? Est-ce qu’ils vont dire non au Traité transatlantique parce que ça donne trop de pouvoir à l‘économie ? Je ne crois pas. “

euronews : “Est-ce qu’il y a un problème de fond au fait qu’un pape soit invité au Parlement européen, à votre avis ? “

Anne Morelli : “ Je pense vraiment qu’il y a un problème de principe. L’hémicycle du Parlement européen doit être la représentation de tous les citoyens européens quelque soit leur religion ou leur non-religion. Et il y a probablement une majorité de citoyens européens qui ne sont pas catholiques.”

euronews : “ On a donné la vedette à l’Eglise catholique, d’après vous, mais il y a eu d’autres chefs religieux comme le Dalaï Lama qui se sont adressés au Parlement européen. “

Anne Morelli : “ Il y a toujours l’ambiguïté. Est-ce qu’on invite le pape comme chef d’Etat ? Ce que certains diront, mais dans ce cas-là, c’est un micro-Etat, et il faudrait accueillir de la même façon le prince du Liechtenstein, les dirigeant d’Andorre ou le prince de Monaco, ce qui n’est pas le cas. Ou bien il est un chef religieux, et dans ce cas-là, on devrait inviter aussi les leaders de l’anglicanisme, du protestantisme, de l’orthodoxie, ce qui ne se fait pas avec la même échelle. “

euronews : “ Est-ce que c’est un pape qui a pu parler à votre avis aux non catholiques ? “

Anne Morelli : “ C’est l’espoir évidemment de l’Eglise catholique de dire : nous avons un leadership qui est un leadership moral sur l’ensemble des députés européens. “

euronews : “ Par rapport à ses prédécesseurs, quelle est la nouveauté de ce pape, par rapport à Benoît XVI, par rapport à Jean-Paul II ? “

Anne Morelli : “ Il n’a pas parlé des sujets qui fâchent. Il écarte habilement les sujets qui fâchent. C’est par exemple de s’opposer à la laïcité de l’Europe, et puis il n’a pas remis sur le tapis des sujets qui avaient été traités au synode et qui n’avaient pas fait l’unanimité, c’est-à-dire la question de l’homosexualité, la question des divorcés remariés, alors que ses prédécesseurs auraient certainement insisté sur ces questions comme sur les questions de l’avortement ou de l’euthanasie. “

euronews : “ C’est un discours politique ? “

Anne Morelli : “ Evidemment, c’est pour donner aux députés des lignes de conduite qui soient en accord avec la vision que le Vatican a de la politique. “