DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dans les ruines de Kobané, la difficile survie des civils


Syrie

Dans les ruines de Kobané, la difficile survie des civils

Un immense champ de ruine. Voilà à quoi ressemble la ville syrienne de Kobané, après deux mois de lutte contre le groupe Etat islamique qui tente de saisir la ville. Et au milieu du chaos, des civils. Ils seraient encore 2000.

“Un obus est tombé et nous a touché alors que je portais deux de mes filles, raconte une femme. Elles ont été blessées dans mes bras. Celle de 7 ans a été envoyée en Turquie où elle est morte. On a ramené son corps et nous l’avons enterrée ici à Kobané.”

50 000 personnes habitaient ici avant la guerre, presque toutes ont fui, vers la Turquie principalement, qui accueille 1,6 millions de réfugiés syriens.
Nous voici à quelques kilomètres de la ville. Ces habitants là ont fui les bombardements et dorment dans leurs voitures, ou des tentes. On leur apporte du pain, fabriqué dans une boulangerie de Kobané qui a repris du service 20 ans après sa fermeture.

“Les Turcs nous traitent mal, se plaint l’un d’eux. Ils ne nous laissent pas aller et venir entre chez eux et ici. Ils ne permettent pas que nous recevions de la nourriture. Mais les forces kurdes nous envoient de la nourriture et du pain, depuis Kobané.”

Pendant les bombardements les enfants se cachent dans des sortes de terriers. La situation devrait empirer : le Programme alimentaire mondial de l’Onu doit suspendre son aide aux réfugiens syriens, faute de financement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Journée mondiale contre le Sida : la lutte continue