Cet article n'est pas disponible depuis votre région

En identifiant le squelette de Richard III, son ADN trahit une infidélité royale

Access to the comments Discussion
Par Euronews
En identifiant le squelette de Richard III, son ADN trahit une infidélité royale

<p>Un mystère en remplace un autre. Si l’analyse <span class="caps">ADN</span> d’un squelette retrouvé sous un parking anglais a permis aux généticiens d’authentifier la dépouille de Richard <span class="caps">III</span>, la science a aussi exhumé une autre énigme. Elle a en effet révélé une infidélité de nature à jeter un doute sur la filiation de certains monarques britanniques.</p> <p>“Nous avons découvert une rupture dans la chaîne” génétique, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse à Londres Kevin Schurer, vice-Chancelier de l’Université de Leicester, la ville où ont été découverts les ossements de Richard <span class="caps">III</span> en 2012. </p> <p>Par “rupture”, il faut entendre apparition dans l’arbre généalogique d’un enfant illégitime. “Nous ne savons pas à quel niveau la rupture se situe… et nous ne sommes certainement pas en train de suggérer que sa Majesté (la reine Elizabeth II) ne devrait pas se trouver sur le trône” s’est empressé d’ajouter M. Schurer, en insistant sur “les tours et détours” de l’histoire de la monarchie britannique. </p> <p><h3>La légitimité des Tudors remise en question</h3></p> <p>Son propos venait accompagner la parution dans le magazine scientifique Nature d’un rapport certifiant à 99,9% la levée du mystère sur la disparition de la dépouille du dernier roi d’Angleterre, mort sans laisser d’héritier à la bataille de Bosworth, en 1485. </p> <p>L’<span class="caps">ADN</span> du squelette correspond à celui de deux descendants actuellement en vie de sa soeur, Anne d’York. En revanche, il a été impossible d‘établir une filiation à travers la lignée masculine remontant jusqu‘à John Gaunt, 1er duc de Lancaster et frère de l’arrière grand-père de Richard <span class="caps">III</span>. </p> <p>D’où le soupçon d’adultère. </p> <p>Kevin Schurer estime que la “rupture” d’<span class="caps">ADN</span> détectée conduit à poser des questions sur la légitimité de Henry IV, Henry V, Henry VI et “toute la dynastie des Tudor”, à commencer par Henry <span class="caps">VII</span>, Henry <span class="caps">VIII</span>, Edward VI, Mary I et Elizabeth I. </p> <p>Après une longue querelle sur le choix de sa dernière demeure, Richard <span class="caps">III</span> va enfin reposer en paix au printemps prochain dans la cathédrale de Leicester. Outre une réputation de tyran sanguinaire immortalisée par William Shakespeare, il aura légué un dernier mystère au Royaume-Uni.</p> <p>(avec <span class="caps">AFP</span>)</p>