DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Giovanni La Via depuis Lima : pays riches et pauvres irréconciliables


Le bureau de Bruxelles

Giovanni La Via depuis Lima : pays riches et pauvres irréconciliables

euronews : “ Pour faire le point sur les négociations en cours, nous retrouvons à Lima Giovanni La Via, eurodéputé et président de la Commission environnement au Parlement européen. Vous participez depuis des jours aux tractations de la conférence de l’ONU. Les positions des pays riches et pauvres semblent inconciliables. Qu’est-ce qui bloque ? “

Giovanni La via : “ Les négociations sont encore bloquées par les tentatives de l’ensemble des pays pauvres d’obtenir plus de ressources. A Copenhague, les négociateurs s‘étaient quittés après avoir convenu qu’après 2020, 100 milliards d’euros par an seraient mis à disposition pour aider ces pays. Aujourd’hui, on parle d’un chiffre beaucoup moins élevé, 10 milliards d’euros sur quatre ans. Or ces ressources ne semblent pas suffire aux pays en développement pour assurer une nouvelle politique environnementale. “

euronews : “ Cet argent doit permettre à ces pays de lutter contre les conséquences du changement climatique. Attendiez-vous plus de la part des pays riches ? “

Giovanni La Via : “ Il faut déjà considérer que des pays comme le Brésil, le Mexique et la Chine ne sont plus des pays moins développés. Nous recherchons donc une solution intermédiaire pour que ce ne soient plus seulement les pays les plus riches qui aident la Chine dans ce processus. Nous essayons d’identifier pour chaque pays les activités néfastes qui peuvent être réduites pour obtenir un accord global. “

euronews : “ Etes-vous optimiste ? Croyez-vous encore à la possibilité d’un accord qui soit utile pour obtenir un engagement clair à la Conférence de Paris dans un an ? “

Giovanni La Via : “ Je pense qu’il y a des signaux positifs qui vont dans ce sens. Le président Obama a scellé un accord avec la Chine et commence à négocier avec l’Inde. Et donc, cela signifie que les grandes puissances mondiales commencent vraiment à voir la lutte contre le changement climatique comme une politique majeure à mettre en place. “

euronews : “ Une dernière question, qu’est-ce qui pourrait faire échouer la conférence ? “

Giovanni La Via : “ Tout pourrait capoter à cause de certains pays, en particulier les pays en développement qui demandent plus d’engagements en soutien à leurs économies pour lutter contre le changement climatique. La résistance de certains petits pays ou petits groupes de pays peut être dévastatrice pour le résultat final. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Les producteurs de lait montent au créneau