DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chute du rouble : Vladimir Poutine tente de rassurer


Insight

Chute du rouble : Vladimir Poutine tente de rassurer

Le Kremlin est sorti de son silence sur la chute du rouble. Vladimir Poutine a proposé ce jeudi de débloquer jusqu‘à 1.000 milliards de roubles – soit 13 milliards d’euros – pour recapitaliser les banques de Russie. Le projet de loi sera débattu ce vendredi à la Douma.

Profitant de sa traditionnelle conférence de presse annuelle, le Président russe a estimé qu’il faudrait deux ans maximum à l‘économie du pays pour sortir de l’ornière. “ La Banque centrale et le gouvernement prennent les mesures appropriées pour gérer la situation actuelle, a-t-il assuré. On peut s’interroger sur le calendrier et la qualité des décisions du gouvernement et de la Banque centrale. Mais dans l’ensemble, leurs actions étaient appropriées. “

Mardi, la banque centrale russe a relevé son tôt directeur à 17 % pour contrer l’effondrement de la devise nationale. Au total, elle a dépensé plus de 80 milliards de dollars cette année pour soutenir le rouble, qui a perdu près de 45 % de sa valeur face au dollar depuis janvier. En cause : les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, mais aussi la chute des cours du brut, qui condamne l‘économie russe, dépendante des hydrocarbures, à la récession.

Le sauvetage du rouble se traduit par une inflation galopante en Russie et barre l’accès au crédit.
Autant de difficultés à même d‘écorner la popularité du chef du Kremlin.

L’interview : Angus Campbell, analyste sénior chez FxPro

Sacha Vakulina, euronews :

Nous avons tous suivi attentivement la conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine. Concentrons-nous sur ses temps forts économiques. Tout d’abord, le Président russe a imputé la situation actuelle de l‘économie à des facteurs extérieurs. Est-ce le cas ou y a-t-il aussi des causes intérieures ? S’agit-il de problèmes temporaires ou d’une faiblesse structurelle de l‘économie russe ? “

Angus Campbell, FxPro :

“ Eh bien je pense que c’est une combinaison des deux, de causes externes et internes. Bien sûr, le principal facteur externe est un prix du brut quasiment divisé par deux. Cela a eu un impact énorme sur l‘économie russe. C’est pourquoi les investisseurs sont réticents à investir en Russie.

Il y a aussi des facteurs internes. L’effondrement de la valeur de la devise a des effets inflationnistes sur les prix en Russie. Et l’année prochaine, très certainement, vous verrez le prix de divers produits – celui des biens électroniques par exemple, entre autres – grimper encore bien plus. “

Sacha Vakulina, euronews :

“ Vladimir Poutine a dit, je cite, que ‘dans le pire des scénarios économiques externes cette situation pourrait durer environ deux ans.’ Jusqu’où l‘économie russe peut-elle sombrer avant de commencer à se reprendre ? “

Angus Campbell, FxPro :

“ Si nous constatons un certain retour au calme, sans plus de pression à la vente sur le brut et le rouble, alors cela pourrait prendre moins de deux ans. La Russie pourrait bien rebondir un peu plus vite.

Dans le pire des cas, on pourrait assister à une ruée sur les banques en Russie, mais cela n’arrivera que si le rouble s’affaiblit encore plus. Et il n’est susceptible de s’affaiblir davantage que si d’autres sanctions sont imposées à la Russie ou si les cours du pétrole s’affaissent encore. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Un rapport du Conseil de l'Europe épingle la Hongrie sur les droits de l'Homme