DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gravity : grande première pour Gross

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin. Le slalom d’Adelboden nous a réservé une surprise ce dimanche avec la

Vous lisez:

Gravity : grande première pour Gross

Taille du texte Aa Aa

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin.

Le slalom d’Adelboden nous a réservé une surprise ce dimanche avec la première victoire en Coupe du monde de Stefano Gross.

Il faut croire que le dossard 13 a porté chance à l’Italien qui avait raté le podium des Jeux Olympiques à Sotchi pour cinq centièmes de seconde.

Il faut croire aussi que la Chuenisbärgli lui réussit bien puisqu’il s‘était déjà classé troisième sur cette même piste il y a trois ans.

Le skieur de Bolzano a signé le cinquième temps de la première manche et le septième chrono de la deuxième pour ouvrir son palmarès à l‘âge de 28 ans.

Dopfer et Hirscher battus sur le fil

Plus rapide lors du premier passage, sous la neige, l’Allemand Fritz Dopfer a ensuite commis une grosse erreur dans le mur d’arrivée au pied duquel s‘étaient massés 40.000 spectateurs.

S’il lui a manqué deux centièmes pour l’emporter, il a tout de même fait mieux que son compatriote Felix Neureuther.

Ce dernier est parti à la faute et se voit contraint de céder son dossard rouge de leader de la Coupe du monde de slalom à Marcel Hirscher.

Au lendemain de sa victoire dans le géant, l’Autrichien n’a terminé qu‘à trois centièmes de Stefano Gross.

Mais il se consolera en jetant un coup d’oeil au classement général où il compte désormais plus de 200 points d’avance sur Kjetil Jansrud.

Wengen : rendez-vous avec l’histoire

Marcel Hirscher et ses rivaux vont rester en Suisse dans les jours qui viennent, juste à côté d’Adelboden, dans la station de Wengen.

Au programme : un super-combiné, un slalom et une descente sur la piste mythique du Lauberhorn, qui n’a laissé que des bons souvenirs à l’ancien champion olympique Franck Piccard.

Franck Piccard : “C’est probablement la piste que j’appréciais le plus parce qu’elle est restée dans son jus depuis les années 20, les années 30. On a une piste qui a très, très peu évolué avec des passages hors du temps : le pont, le tunnel, la tête de chien. Cela n’a quasiment pas changé depuis que nos anciens skiaient sur cette piste. En général, on met entre 2 minutes 15 et 2 minutes 30 pour la descendre. Quand on sait qu’au bout d’1 minute 30 ou 2 minutes, on commence à être un petit peu dans le cirage, je vous laisse imaginer dans quel état on arrive en bas au bout de 2 minutes 30. C’est l’apocalypse, on est dans le noir complet. C’est une piste où il y a tous les éclairages possibles et imaginables, on fait le tour de la montagne, donc on est de temps en temps en versant nord, de temps en temps en versant sud et puis il y a des accélérations, il y a des freinages, il y a des grandes vitesses, il y a des toutes petites vitesses, il y a des portions où c’est très, très large où on peut imprimer sa trajectoire et d’autres endroits où il faut passer sur 30 centimètres !”

L’ogresse Tina Maze

Nous sommes le 2 mars 2013 au coeur de la Bavière et Tina Maze efface des tablettes l’illustre Hermann Maier qui en l’an 2000 avait inscrit tout juste 2000 points en Coupe du monde.

La Slovène dépasse cette barre symbolique en remportant la descente de Garmisch-Partenkirchen en l’absence de sa grande rivale Lindsey Vonn, blessée au genou.

Pas rassasiée pour autant, l’ogresse Tina Maze va continuer d’enchaîner les bonnes performances jusqu‘à la fin de la saison.

Elle la termine en ayant gagné dans les 5 disciplines, en étant montée 24 fois sur le podium et en ayant marqué 2414 points, bref, en battant record sur record.

It’s snowtime

Je vous donne rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau numéro de Gravity.

En attendant, on se quitte avec les images les plus spectaculaires du week-end : it’s snowtime !