DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les chiffres de l'Holocauste


monde

Les chiffres de l'Holocauste

L’Holocauste est l’extermination de six millions de Juifs par le régime des Nazis de 1939 jusqu‘à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Les Juifs ont été ceux qui ont été les plus grandes victimes du génocide nazi. Mais d’autres personnes ont été exterminées, comme les Tsiganes, (on ne connaît pas le chiffre exact des victimes mais 25% des Tsiganes d’Europe auraient été tués, soit quelques 220 000 personnes) les homosexuels (on ne connaît pas leur nombre exact) ou les handicapés (plus de 100 000). La liste est encore longue, Témoins de Jéhovah, Noirs, opposants politiques…

Qu’est-ce-que la journée internationale de commémoration de l’Holocauste ?

La journée internationale de commémoration de l’Holocauste est célébrée chaque année le 27 janvier, une date qui marque le jour de la libération du camp de concentration de Auschwitz-Birkenau.

Mais ce 27 janvier, on se souvient aussi d’autres génocides, en Arménie, au Cambodge, en Bosnie, au Rwanda.

Quelle est l‘évolution de la population juive en Europe de 1933 aux années 50 ?

Notre graphique reprenant la population par pays européens montre comment la population juive a changé sur le continent.

Evolution de la population juive entre 1933 et 1950

Le nombre de Juifs en Pologne est passé de 3 millions en 1933 à 45 000 personnes en 1951, selon les données de l’American Jewish Committee. En France, selon la Jewish Virtual Library, 300 000 Juifs vivaient avant la guerre, ils seront 180 000 en 1945, puis 250 000 en 1951. Aujourd’hui, après une immigration venue d’Afrique du Nord, ils sont 600 000, dont plus de la moitié à Paris.

Le Royaume-Uni est l’un des rares pays européens où la tendance est inverse, les Juifs étaient 300 000 en 1933 et 450 000 en 1950. C’est là que beaucoup se sont donc réfugiés pendant le génocide.

La population globale des Juifs en Europe a été divisée par trois, 9,5 millions en 1933, contre 3,5 millions en 1950, selon le Musée mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis.

Et qu’en est-il d’Israël ?

Dès la fin de 1945, les réfugiés juifs affluent en Palestine, déclenchant la colère de la population arabe qui se sent “envahie”. Après l’Holocauste, les Européens cherchent à se racheter en donnant aux Juifs une terre.
Les Nations-Unies adoptent la résolution 181 le 29 novembre 1947, partageant la Palestine en un Etat arabe et un Etat juif. Le 15 mai 1948, au lendemain de la fin du mandat britannique, David Ben Gourion proclame l’indépendance de l‘État d’Israël.

La population juive en Israël était composée de 806 000 personnes en 1948, l’année de la création de l’Etat d’Israël, doublant pour atteindre plus d’1,6 millions d’habitants cinq ans plus tard, selon la Jewish Virtual Library. Aujourd’hui la population dépasse les 8 millions d’habitants, les Juifs étant plus de 6 millions.

En 1933, 60% des Juifs étaient installés en Europe. En 1950, 51% des Juifs habitaient en Amérique du Nord ou du Sud, une zone qu’ils ont rejoint pour fuir les exterminations.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Auschwitz 70 ans : un numéro sur l’avant-bras, abjecte signature du camp