DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Louxor : le cinéma adore


cinema

Louxor : le cinéma adore

En partenariat avec

Pour la troisième fois les murs du célèbre temple de Karnak à Louxor a retrouvé le septième art et le festival du film égyptien et européen.

Le film “la femme du pharaon” tourné par Lubitsch en 1921 a été présenté en ouverture du festival. Il s’agit d’une reconstitution historique qui met en scene un triangle amoureux avec une belle esclave grecque un jeune prétendant et un pharaon. Un film qui avait été perdu pendant 80 ans. Il vient d‘être restauré par Thomas Bakel : “Je crois que les sujets égyptiens et l’histoire égyptienne ont toujours joué un rôle important dans le cinéma international, que ce soit avec ou sans “la femme du pharaon”. Il y a tellement de films sur l’Egypte, parce que c’est une culture commune à l’Europe, toute l’Europe est fondée sur la culture égyptienne et romaine.”

L’actrice égyptienne Lebleba a reçu un hommage spécial. Trois films tirés de sa riche filmographie ont été présenté dans le cadre d’une projection spéciale.

Lebleba : “Ce qui est le plus intéressant c’est d’avoir un festival ici à Louxor, un des plus beaux endroits au monde où on peut voir un site archéologique très ancien près du Nil”.

Des films de 17 pays participent à cette édition d’un festival qui bien sûr fait la part belle au cinéma égyptien et aux productions des pays arabes.

Enfin le cinéma français a été à l’honneur avec quatre sections qui lui étaient consacrées et un hommage spécial au réalisateur Yves Boisset.

Mohammed Shaikhibrahim, Euronews : “L‘échange d’expertise technique et la promotion du dialogue entre les civilisations sont les objectifs les plus importants de ce festival, car l’art sous toutes ses formes est le langage commun de tous les peuples.”

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

"Strange Magic", quand George Lucas donne dans l'animation par ordinateur