DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mexique : les autorités judiciaires certaines de la mort des 43 étudiants

Les autorités judiciaires du Mexique ont maintenant la “certitude” que les 43 étudiants disparus en septembre dans l’Etat de Guerrero ont été tués

Vous lisez:

Mexique : les autorités judiciaires certaines de la mort des 43 étudiants

Taille du texte Aa Aa

Les autorités judiciaires du Mexique ont maintenant la “certitude” que les 43 étudiants disparus en septembre dans l’Etat de Guerrero ont été tués par un groupe criminel. Jusqu‘à présent, elles ne les considéraient que disparus.
Une conclusion logique pour le procureur général Jesus Murillo Karam qui met en avant les déclarations de près d’une centaine de détenus et des éléments matériels :

“Tout ce que nous avons collecté durant l’enquête nous a permis d‘élaborer une analyse raisonnable et logique et de parvenir, sans aucun doute possible, à la conclusion que les élèves enseignants ont été privés de leur liberté, tués puis incinérés et jetés dans la rivière San Juan, dans cet ordre. C’est la vérité historique des faits.”

Les élèves-enseignants de l‘école normale d’Ayotzinapa auraient été victimes d’une attaque armée de la part de policiers corrompus d’Iguala, dans l’Etat de Guerrero, puis remis à des tueurs du cartel de trafiquants de drogue des Guerreros Unidos, à l’instigation de l’ex-maire de la ville.

Les autorités judiciaires ne sont, en revanche, pas certaines du mobile du massacre. Ils auraient pu être présentés et pris pour un groupe criminel rival, selon le témoignage d’un des détenus.

Pour les parents des victimes, il y a beaucoup d’incohérence dans cette version des faits. Ils rejettent ce scénario et craignent que le gouvernement ne déclare le dossier clos. Pour le moment, les restes d’un seul des 43 étudiants ont pu être identifiés. En novembre, le Mexique avait envoyé en Autriche, au laboratoire autrichien de médecine légale de l’université d’Innsbruck,17 restes calcinés, présumés appartenir aux disparus.

Mais tout cela n’empêche pas les proches des victimes d’avoir encore l’espoir de retrouver les 42 autres étudiants.