DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les séparatistes ukrainiens évacuent des civils par milliers


Ukraine

Les séparatistes ukrainiens évacuent des civils par milliers

Les forces séparatistes de la République populaire de Donetsk ont ouvert un corridor pour évacuer les civils de la ville de Vouhlehirsk.

Cette ville, appelée Ouglegorsk en russe, comptait près de 8 000 habitants en 2013.
Située à une douzaine de kilomètres de Debaltseve, elle a été conquise par les séparatistes le 30 janvier. Les habitants fuient de peur d‘être encore bombardés après des jours de violents combats. Ils devraient être acheminés à Horlivka.

Juste avant la petite ville de Vouhlehirsk se trouve Yenakiieve, une ville minière et industrielle de 80 000 habitants qui est pillonnée par l’armée ukrianienne.

Une femme, bagages en main, dénonce la folie des autorités de Kiev :

Nous ne savons pas encore où nous allons, quelque part loin de cet asile de fous“.

Ce mardi, à Debaltseve, les forces régulières de l’armée ukrainienne ont aussi évacué les habitants, ce qui a donné lieu à des tensions et à des scènes comme celle-ci.

Un militaire s’adresse à un homme et lui dit de ne pas penser à sa femme et de s’inquiéter pour son fils.
Mais l’homme dit qu’il sera là encore demain quand ils reviendront. Le militaire s‘énerve, lui dit d’arrêter de boire, “vous avez déjà vécu votre vie, pas lui, pensez à lui, à sa vie“.

Debaltseve va-t-elle tomber ?

Les séparatistes disent ne pas vouloir donner l’assaut final pour épargner les civils. En attendant, ils continuent de mettre la pression sur l’armée ukrainienne qui se livrent aussi à des duels d’artillerie avec les rebelles tout au long de la ligne de front, faisant plusieurs dizaines de victimes civils chaque jour.

Restrictions administratives de Kiev

Mesure symbolique mais symptomatique, les autorités ukrainiennes viennent de décider de limiter l’accès des citoyens russes au territoire ukrainien.

A partir du 1er mars, les Russes désirant voyager en Ukraine ne pourront plus utiliser leur passeport intérieur, équivalent en Russie d’une carte d’identité.

Cette mesure risque de réduire considérablement le nombre de ressortissants russes pénétrant en Ukraine, alors que presque trois quart d’entre eux n’ont pas de véritable passeport, selon un sondage du centre indépendant Levada.

Pour Kiev, il s’agit de “renforcer les contrôles frontaliers pour assurer la sécurité nationale”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Serbie-Croatie : refermer les plaies?