DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Avant Bruxelles, Tsipras obtient le soutien de l'Italien Renzi

Alexis Tsipras, le nouvel homme fort de la Grèce a trouvé en Matteo Renzi un premier allié, à la veille de sa visite à Bruxelles. Le chef du

Vous lisez:

Avant Bruxelles, Tsipras obtient le soutien de l'Italien Renzi

Taille du texte Aa Aa

Alexis Tsipras, le nouvel homme fort de la Grèce a trouvé en Matteo Renzi un premier allié, à la veille de sa visite à Bruxelles. Le chef du gouvernement italien s’est dit “optimiste sur les chances d’un accord entre la Grèce et ses partenaires européens”, alors qu’Athènes cherche à allèger le fardeau de la dette.“Nous pensons que chacun de nous dans nos pays devons faire des réformes”, a rajouté Matteo Renzi.

Les deux jeunes leaders ont tous deux plaidé pour remettre la croissance au premier plan.

“Jusqu‘à présent ce sont les pauvres et la classe moyenne qui ont payé le prix de la crise économique et certainement pas les riches, a déclaré Alexis Tsipras. En Grèce, nous avons eu un état corrompu que nous voulons changer. C’est notre première mission pour le peuple grec et pour nos partenaires européens.”

Et comme un clin d’oeil, Matteo Renzi a ensuite offert une cravate à son homologue. Pourquoi une cravate ? Pour encourager Alexis Tsipras et la Grèce, car Tsipras refuse d’en porter tant que son pays sera plongé dans la crise.

Et il y a peut-être un espoir de changement. Parce que Jean Claude Juncker, qu’il doit rencontrer ce matin, a assoupli son discours vis à vis de la Grèce : “Nous allons sans doute devoir adapter un certain nombre de nos politiques, mais nous n’allons pas toutes les changer, juste parce que les résultats des élections plaisent à certains et ne plaisent pas à d’autres.”