DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : les tractations s'annoncent longues et difficiles

Selon des responsables proches des négociations, on semblait encore loin d'un accord ce dimanche sur le dossier ukrainien.

Vous lisez:

Ukraine : les tractations s'annoncent longues et difficiles

Taille du texte Aa Aa

Si la réunion de mercredi à Minsk représente un nouvel espoir de paix, on semblait, toutefois, encore loin ce dimanche d’un accord politique, selon des responsables proches des négociations. A Munich, Européens et Américains s’efforçaient, pour leur part, de gommer leurs divisions sur la stratégie à adopter face au dossier ukrainien. “Il y a un point sur lequel nous sommes tous d’accord, c’est que la voie diplomatique doit être la seule solution au conflit, souligne la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Les discussions de mercredi peuvent être une excellente opportunité pour commencer, enfin, à mettre en œuvre les accords de Minsk.’‘

Point of view

Cet homme a envoyé des troupes franchir une frontière internationale et occuper le territoire d'un autre pays, agissant au XXIe siècle comme un tyran du milieu du XXe siècle.

De son côté, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dit espérer que “des décisions importantes” seraient prises mercredi à Minsk. Mais ses propos ont laissé transparaître des négociations complexes. “Le maintien de la sécurité en Europe repose uniquement sur le respect des engagements antérieurs, dit-il. Cela signifie, la nécessité d’assurer une sécurité équilibrée et indivisible, c’est-à-dire que la sécurité des uns ne doit pas se faire au détriment des autres.’‘

Les tensions entre la Russie et les pays occidentaux restent palpables, en témoigne la violente charge ce dimanche du chef de la diplomatie britannique Philip Hammond contre Vladimir Poutine : “Cet homme a envoyé des troupes franchir une frontière internationale et occuper le territoire d’un autre pays, agissant au XXIe siècle comme un tyran du milieu du XXe siècle. Nous ne nous comportons pas de la sorte.’‘

La Grande-Bretagne n’envisage pas pour l’instant de livrer des armes à l’Ukraine, mais sa position à cet égard pourrait changer, a ajouté le ministre britannique des Affaires étrangères. De nombreux responsables politiques américains sont favorables à cette solution.