DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des routes enfin silencieuses grâce à un revêtement innovant

Vous lisez:

Des routes enfin silencieuses grâce à un revêtement innovant

Taille du texte Aa Aa

Comment réduire les nuisances sonores aux abords des principaux axes routiers européens ? La réponse dans cette édition de Futuris. Les routes sont

Comment réduire les nuisances sonores aux abords des principaux axes routiers européens ? La réponse dans cette édition de Futuris.

Les routes sont généralement très bruyantes, mais cela n’a pas grand chose à voir avec le moteur à combustion des véhicules qui les empruntent. En cause : le frottement des pneus sur la chaussée. Alors, comment y remédier ?

Une solution est actuellement expérimentée au Danemark. Un tronçon de route a ainsi été recouvert d’un matériau nouvelle génération censé atténuer le bruit de roulement des pneumatiques.

Les explications de Luc Goubert du Centre belge de Recherches Routières et coordinateur du projet PERSUADE :

“Pour faire baisser le bruit du trafic, vous devez réduire le bruit pneu-route en optimisant le revêtement de la chaussée. Pour cela, il y a 3 paramètres à prendre en compte : la texture, l’absorption et l‘élasticité. Or, ‘élasticité est un paramètre qui n’avait pas été exploité jusqu’ici.”

Des mesures acoustiques ont démontré que l‘élasticité de ce revêtement développé dans le cadre d’un programme de recherche européen supprimait environ 85 % de l‘énergie sonore liée au trafic routier, selon Hans Endtsen, chercheur spécialiste du bruit du trafic routier, DRD :

“ Si vous écoutez bien, vous constaterez qu’on obtient une réduction d’environ 8 dB. Ce qui est assez remarquable. Pour obtenir une réduction sonore équivalente, il faudrait construire un mur anti-bruit de près de 3 mètres de haut.”

Mais, ce nouveau revêtement routier anti-bruit est-il conforme aux attentes ?

Après de nombreux tests en laboratoire, l‘équipe danoise a réussi à mettre au point un matériau qui allie drainage de l’eau de pluie et adhérence. Le point avec Annette Neidel, technicienne de laboratoire, DRD :

“Ce revêtement routier poro-élastique se compose de gomme pilée obtenue à partir de pneus de voiture usagés, de granit concassé et de colle polyuréthane.”

Si l’idée de recouvrir les routes de pneus recyclés n’est pas nouvelle, jusqu’ici les matériaux obtenus peinaient à répondre aux spécifications requises notamment en matière de durabilité.

Hans Endtsen, chercheur spécialiste du bruit du trafic routier, DRD :

“Nous essayons de développer un matériau combinant une bonne réduction sonore, une grande durabilité, un prix raisonnable, ainsi que de bonnes propriétés en termes de friction.”

De fait, un bon coefficient de friction ou de frottement est essentiel pour la sécurité des conducteurs. Ces chercheurs suédois, testent par tous les temps un nouveau matériau à base de caoutchouc. Même en hiver, il offrirait une adhérence supérieure à celle des revêtements routiers classiques.

Carl Södergren, ingénieur-chercheur en mesures technologiques, VTI :

“Je mesure le frottement avec ce véhicule spécial doté d’une cinquième roue. J’abaisse la roue à l’aide de ce bouton et je peux alors déterminer le niveau de frottement sur cette chaussée innovante.”

Ulf Sandberg, chercheur spécialiste des propriétés des revêtements, VTI :

“Ce revêtement routier est beaucoup plus cher que ceux utilisés habituellement. Mais nous estimons qu’il constitue une vraie alternative aux murs anti-bruit qui coûtent d’ailleurs eux aussi très chers. Pour nous, ce revêtement représente une option viable.”

Sûr et anti-bruit, ce matériau est-il aussi résistant dans le temps ? C’est à ce simulateur routier de le dire. A la fin des tests, il déterminera à quelle vitesse le revêtement se détériore et quel type de pollution il induit.

Bjorn Kalman, chercheur en ingénierie des revêtements, VTI :

“La durabilité des surfaces poro-élastiques est équivalente à celles des surfaces classiques en asphalte. Ici, nous mesurons également le niveau de poussière produite et l’on constate que ce revêtement dégage moins de poussière qu’un revêtement en asphalte.”

Silencieux, solide et écologique, ce type de revêtement pourrait bien remplacer prochainement les barrières anti-bruit le long des routes européennes. C’est en tout cas le souhait de ces équipes de chercheurs.