DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Estonie aux urnes, la coalition de centre-droit devrait rester au pouvoir


Estonie

L'Estonie aux urnes, la coalition de centre-droit devrait rester au pouvoir

1,3 millions d‘électeurs estoniens élisent un nouveau parlement ce dimanche. Un vote qui a lieu dans un contexte anxiogène où l’inquiétude concernant l’attitude de la Russie envers l’Ukraine est vive.

Des exercices militaires russes à la frontière estonienne quelques jours avant ce scrutin ont renforcé les craintes de ceux qui prêtent au Kremlin l’intention de déstabiliser d’anciens membres de l’Union soviétique.

Le Parti du centre, pro-russe, devrait faire un bon score. Il prône un rapprochement avec Moscou afin de garantir la sécurité du pays, indépendant depuis 1991. Les russophones représentant un quart environ des électeurs.

Mais c’est bien le Premier ministre sortant, le plus jeune de l’Union européenne (35 ans), Taavi Roivas, qui devrait être le seul en mesure de former un nouveau gouvernement avec l’appui de son Parti de la Réforme, crédité vendredi de 26 % des intentions de vote.

La coalition de centre-droit devrait donc encore rester au pouvoir.

Il est vrai que des sondages précédents plaçaient le Parti du Centre en tête de la course électorale, mais il manquerait de toutes façons d’alliés pour former une majorité au Parlement.

Le passif du Parti du Centre

Les autres partis estoniens refusent en effet de coopérer avec le Parti du centre, à qui ils reprochent un accord de coopération signé en 2004 avec le parti Russie unie, la formation de Vladimir Poutine.

Ils reprochent aussi à son chef de file, Edgar Savisaar, maire de Tallinn et Premier ministre en 1991-1992, d’avoir gardé le silence sur le rôle que joue la Russie en Ukraine depuis un an.

A un autre niveau, ils accusent également le Parti du centre d’avoir détourné des fonds publics à la mairie de Tallinn, ce dont le parti se défend.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Jihad : nouvelles images des adolescentes britanniques en Turquie