DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Football : Twitter, le terrain de l'avant-match

Vous lisez:

Football : Twitter, le terrain de l'avant-match

Taille du texte Aa Aa

Un match de football, ça se joue sur le terrain, souvent dans les têtes et de plus en plus sur les réseaux sociaux. Depuis quelques années, les community managers des clubs de football professionnels n’hésitent pas à manier l’humour chambreur, les piques et le buzz sur Twitter pour faire monter la température avant une rencontre.

Ils n’attendent pas le coup d’envoi de la rencontre pour échanger les premiers coups. Eux, ce sont les community managers des clubs de football professionnels. Même s’ils ne portent pas de numéro dans le dos, ils sont essentiels à la tactique générale de leur club, à sa réputation numérique voire à son identité. Par leur créativité, ils animent la communauté de supporters sur les réseaux sociaux.

Mais au-delà de la création de contenu ou de l’animation de la fanbase, les community managers prennent de plus en plus de plaisir à provoquer leurs homologues sur les réseaux sociaux. Au travers des “tweets clashs”, ils font monter la pression avant ou après les matchs. Taquins mais toujours courtois, ces affrontements mobilisent les supporters sur le terrain virtuel de Twitter.

L’un des échanges les plus connus, ou du moins des plus retweetés, est celui qui a eu lieu à quelques heures du quart de finale aller de la Ligue des Champions édition 2014, le 1er avril 2014, opposant le PSG à Chelsea.

Le PSG a lancé les hostilités, sur Twitter, la veille du match.



“Chelsea, saviez-vous que le PSG a atteint les quarts de finale pour la seconde fois de suite ?”

Chelsea n’a pas tardé pour répondre. 1-1, balle au centre.



PSG, saviez-vous que Chelsea atteindra les demi-finales pour la 7e fois en 12 ans si nous nous qualifions contre vous ?”

Avant que les deux clubs n’enchaînent.



PSG, saviez-vous que Chelsea n’a pas encaissé de but en 11 matchs sur 18 ?”??



“Chelsea, saviez-vous que le PSG a marqué 22 buts en Ligue des Champions cette saison ?”

Parce que ces matchs en ligne peuvent durer plusieurs jours, Paris frappe à nouveau au but dès le lendemain matin, jour de match.



“Hey Chelsea, saviez-vous que la plus grosse victoire du PSG à domicile en Ligue des Champions a été 7-2 (contre Rosenborg) ?”



“Bonjour le PSG, la plus grosse victoire de Chelsea à l’extérieur en Ligue des Champions : Galatasaray 0 – 5 Chelsea !”



PSG, Chelsea a joué 5 matchs sans concéder de but en Ligue des Champions cette saison…”



“Chelsea, saviez-vous que Thiago Silva a gagné plus de 70% de ses duels défensifs cette saison en Ligue des Champions ?”



“Chelsea, saviez-vous qu’Ibrahimovic a marqué 10 buts en Ligue des Champions cette saison : 1 toutes les 60 minutes ?”



“Impressionnant. Saviez-vous que Chelsea a passé six fois les quarts de finale sur nos huit qualifications à ce niveau…?”

Enfin, à l’approche du coup d’envoi, c’est sur Facebook que s’est clos ce duel.

Cet exemple montre l’importance qu’ont pris les community managers dans le monde du ballon rond. Le ‘chambrage’, au football, fait partie du jeu. Avant, pendant et même après le match en conférence de presse, les acteurs de la rencontre ont toujours apprécié lancer des piques à leurs adversaires du jour. Ils tentent ainsi de prendre l’avantage psychologique avant le combat physique. D’ailleurs, certains, à l’instar de José Mourinho, entraîneur de Chelsea, ou de Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, s’en sont fait une véritable spécialité.

Les community managers ont pris une importance considérable avec l‘émergence des réseaux sociaux et de la e-reputation. Alors, ces artistes de la virgule ont fait de Twitter le terrain de l’avant-match, des premiers tacles et des petites provocations. Et ce, de Londres à Paris en passant par Rome comme le montre l’exemple suivant.

Après leur confrontation en Ligue des Champions en fin d’année 2014, les clubs de Manchester City et de l’AS Roma ont continué la rencontre sur internet.



“Nous espérons que vos joueurs, votre staff et vos supporters ontsont bien rentrés. Nous nous voyons en Décembre !”

Ce à quoi l’AS Roma a répondu.



“Merci pour l’hospitalité hier soir. Nous avons hâte de vous voir à Rome. Vous n’avez jamais remporté de match européen en Italie, n’est-ce pas ?”



“Non, jamais, mais, comme vous le savez, il y a une première fois pour tout !”

La Ligue 1, avec Paris, Marseille ou Lyon, n’est pas en reste.






Et même plus récemment.



Avec ces échanges relayés, commentés et retweetés, les community managers donnent une valeur ajoutée à leur club. D’ailleurs, la Ligue 1 en profite également. Via ses clubs, le championnat français de football professionnel a vu son nombre de followers monter en flèche.