DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Près de quatre millions de réfugiés syriens désespérés

Bientôt quatre années de guerre en Syrie et ce bilan : 220 000 morts, 7,6 millions de déplacés,près de quatre millions de réfugiés syriens et peu

Vous lisez:

Près de quatre millions de réfugiés syriens désespérés

Taille du texte Aa Aa

Bientôt quatre années de guerre en Syrie et ce bilan : 220 000 morts, 7,6 millions de déplacés,près de quatre millions de réfugiés syriens et peu d’espoir de retour dans un pays ravagé. La plupart des réfugiés ont dû être accueillis en Turquie, au Liban, et en Jordanie dans des camps comme celui de Zaatari, à 80 km au nord-est d’Aman.

Point of view

La communauté internationale n'est pas capable de trouver une solution pour les réfugiés et ça nous rend pessimistes, nous avons peur de finir comme les réfugiés palestiniens.

“Après 4 ans de crise, nous avons des centaines de milliers de réfugiés syriens qui ne sont pas plus près de rentrer chez eux que lorsqu’ils ont franchi la frontière la première fois”, a expliqué un représentant onusien en Jordanie.

Ces camps de réfugiés sont devenus de petites villes où le provisoire dure… Le dernier rapport de l’UNICEF explique que 14 millions d’enfants sont touchés par ce conflit. Ce serait la plus grande crise humanitaire constatée en une génération.

“En tant que réfugiés, nous sommes déçus que la communauté internationale n’ait pas su trouver de solutions au conflit en Syrie ces quatre dernières années. La communauté internationale n’est pas non plus capable de trouver une solution pour les réfugiés et ça nous rend pessimistes, nous avons peur de finir comme les réfugiés palestiniens.”

Le camp jordanien de Zaatari a ouvert ses portes le 28 juillet 2012 et sa croissance a été exponentielle…

Un an et quatre mois plus tôt, la crise avait débuté par des marches pacifiques contre le gouvernement de Bachar al-Assad… La répression d’Assad a engendré une guerre civile à laquelle n’a pas su faire face la communauté internationale, laissant les terroristes d’Etat islamique prendre le contrôle d’une partie du pays.