DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: oui à une décentralisation, non à une fédéralisation (Kiev)

Le président ukrainien lance le chantier de la décentralisation, mais pas question, a-t-il dit, de parler de "fédéralisation". Les séparatistes de l'est dénoncent un processus dont ils se disent

Vous lisez:

Ukraine: oui à une décentralisation, non à une fédéralisation (Kiev)

Taille du texte Aa Aa

C’est une disposition des accords de Minsk signés en février dernier : l’adoption par l’Ukraine d’ici à la fin de l’année, d’une nouvelle constitution. Ce futur texte doit prévoir notamment une plus grande autonomie des régions.

Ce lundi, avait lieu à Kiev la première réunion du comité chargé de préparer cette future constitution, en présence du chef de l’Etat.

Petro Porochenko s’est dit d’accord avec l’idée d’une décentralisation, mais il a rejeté toute perspective de fédéralisme. “A ceux qui réclament une fédéralisation, je réponds que nous avons un instrument qui s’appelle le ‘référendum’. Et je suis prêt à en organiser un si vous le jugez nécessaire”, a-t-il affirmé.

La décentralisation est censée répondre aux attentes des populations de l’est de l’Ukraine.
C’est en tout cas ce qu’a rappelé fermement le Premier ministre Arseniy Iatseniouk. “Une nouvelle constitution doit refléter les intérêts de toute la nation, de toute la population d’ouest en est, a-t-il déclaré. Pour ce faire, nous sommes évidemment disposés à recueillir les avis des représentants de l’est, les représentants légitimement élus, pas les criminels russes et les terroristes”.

Un des responsables des séparatistes de la région de Donetsk a déjà réagi aux propos des autorités de Kiev. Il a accusé le président Porochenko d’aller à l’encontre des réformes politiques prévues par les accords de Minsk. Et de faire remarquer qu’aucun représentant séparatiste ne siégeait au sein de la commission constitutionnelle.