DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Comment expliquer la sécheresse historique en Californie ?


monde

Comment expliquer la sécheresse historique en Californie ?

La gauche et les écologistes protègent plus les poissons et les grenouilles que les Américains au chômage. C’est en substance ce qu’a déclaré Carly Fiorina, ancienne directrice de Hewlett-Packard et probable candidate à la primaire républicaine, à propos de la sécheresse qui touche la Californie.

Cela fait quatre ans que cet Etat de l’ouest américain fait face à un niveau de sécheresse historique. Felica Marcus, à la tête d’une administration qui gère l’eau en Californie, le “State Water Board” a précisé : « depuis que des données sont récoltées, ce mois de janvier est le plus sec jamais enregistré et le manteau neigeux n’a jamais été aussi faible, et ce alors que de nombreuses zones de l’Etat souffrent déjà sévèrement des trois dernières années de sécheresse ».

Comment s’explique cette sécheresse ?

Felicia Marcus mentionne le manteau neigeux car il est l’une des sources principales d’eau pour la Californie. La fonte des neiges de la chaîne montagneuse à l’est de l’Etat, la Sierra Nevada, fournit 75% à 80% de l’eau utilisée dans l’Etat en alimentant rivières et bassins de rétention qui permettent ensuite de réguler l’apport d’eau pendant l’été et l’automne.

Tous les 1er avril, le Département des ressources en eau de la Californie (“California Departement of Water Resources” – DWR) organise une mesure manuelle du manteau neigeux à Phillips, à près de 2100m d’altitude, et y convie la presse. Ces mesures existent depuis 1941 mais la presse n’y est conviée que depuis 1950. Or, pour la première fois en 75 ans, le site était complètement dépourvu de neige lorsque le DWR est arrivé pour effecter ses mesures.

Les précédentes grandes sécheresses en Californie

Cet épisode de grande sécheresse est le troisième de l’histoire récente de la Californie.
Les précédents ont duré six ans entre 1929 et 1934, deux ans entre 1976 et 1977 puis six ans de nouveau entre 1987 et 1992.
Si la sécheresse de 1977 a été plus importante que celle de 1929-1934, cette dernière s’est conjuguée avec la grande dépression économique de 1929 et le phénomène du Dust Bowl, qui a jeté de nombreux travailleurs agricoles sans emploi sur les routes, vers la Californie, pourtant ravagée par la sécheresse.

Depuis 1941, la moyenne se situe à 1,6 mètres de neige au 1er avril. En 2011, au début de la sécheresse, le manteau neigeux mesurait 3 mètres.

Les prélèvements électroniques ont conclu que le manteau neigeux ne contenait que 3,5 cm d’eau contre 71,9 cm en moyenne. Cela représente, indique le DWR, 5% de la moyenne historique, contre 25% l’année dernière ou même en 1977 lors de la grande sécheresse.

Tom Painter, scientifique à l’Observatoire de la Neige au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie confirme que le niveau du manteaux neigeux cette année fait partie « des trois plus bas et pires niveaux recensés » depuis 1977, et ce alors que « la population de la Californie était moitié moindre ».

Cette situation crée un cercle vicieux qui aggrave encore la situation explique Tom Painter : « en plus d’une baisse du niveau d’eau issue de la neige, la réduction du manteau neigeux contribue à réchauffer le climat. Les sols absorbent alors plus de rayons du soleil. L’humidité des sols se réduit encore plus et lorsqu’il se remet à neiger, il devient plus difficile pour l’eau issue de la neige de remplir les réservoirs. »

Une situation qui n’est pas aidée par des hautes températures, ainsi que le conclut une étude publiée le 2 mars dernier par des scientifiques de l’université de Stanford, et des feux de forêts récurrents. Pour le DWR et pour Barack Obama qui s’est rendu sur place début 2014, le changement climatique est à la source de cette grande sécheresse.

Lutter contre la sécheresse

C’est dans ce contexte, et en s’appuyant sur un rapport de 135 pages du DWR qui compare la situation actuelle aux situations passées, que le gouverneur de l’Etat, Jerry Brown, a annoncé un durcissement des mesures de restrictions de l’usage de l’eau le 1er avril dernier en marge de la journée de mesures à Phillips. C’est la première fois que de telles régulations sont prises au niveau de l’Etat. Le gouverneur avait déjà déclaré l’état d’urgence pour cause de sécheresse en janvier 2014, mais cela n’aura pas suffi.


Le gouverneur de la Californie, Jerry Brown, annonce l’état d’urgence pour sécheresse le 17 janvier 2014

Les interdictions pour les particuliers mises en place en 2014 au niveau de l’Etat ont toujours cours :

  • Interdiction de nettoyer les trottoirs et les sorties de garage
  • Interdiction d’arroser si cela cause des ruissellements importants
  • Interdiction de laver les véhicules au tuyau d’arrosage si ce dernier n’a pas d’embout avec fonction ‘stop’
  • Interdiction de faire couler les fontaines ou tout élément décoratif fonctionnant avec de l’eau si ceux-ci ne sont pas en circuit fermé
  • Interdiction d’irriguer les pelouses et jardins paysagés les jours de précipitations et dans les 48h qui suivent

S’y sont ajoutées des interdictions à destination de certains professionnels :

  • Interdiction pour les restaurants de servir de l’eau du robinet sauf sur demande express des clients
  • Obligation pour les hôtels et motels de proposer à leurs clients de ne pas nettoyer les draps et linges de toilette tous les jours et d’afficher cette option de manière très visible.

En outre, les compagnies des eaux sont tenues d’instaurer des restrictions pour l’irrigation extérieure. Le DWR justifie l’importance de cette mesure en rappelant que l’irrigation représente 50 à 80% de l’utilisation de l’eau dans certaines partie de l’état. Désormais, ces compagnies doivent limiter les jours où l’irrigation est autorisée. Si elles ne le font pas, la limite est imposée à deux jours maximum par semaine.

“nous devons revoir notre utilisation quotidienne de l’eau et devons sacrifier nos pelouses vert émeraude”
Felica Marcus, directrice du “State Water Board”

Désormais, les agences locales de l’eau sont autorisées à faire payer les contrevenants. L’amende peut s’élever à $500 par jour pour les particuliers et professionnels et à $10,000 par jour pour les compagnies des eaux qui ne respecteraient pas les règles. La directrice du DWR a déclaré : « dans un contexte de sécheresse si sévère, nous devons revoir notre utilisation quotidienne de l’eau et devons sacrifier nos pelouses vert émeraude et autres usages luxueux de l’eau ».

En plus de ces restrictions, l’Etat de Californie s’est engagé à continuer d’investir pour réduire sa consommation d’eau. Cela comprend un renouvellement de certaines installations de transport de l’eau et une rationalisation du travail des différences agences et départements de l’eau.
Suite à un vote bi-partisan, la Californie a aussi émis pour 7,5 milliards de ‘bons du trésor pour l’eau’ (“water bonds”). L’investissement ainsi réalisé permettra de financer des structures de conservation de l’eau, la préservation des écosystèmes et sources naturelles d’eau notamment potables.

Un groupe spécial dédié à la sécheresse (“Drought Task Force”) avait aussi été mis en place suite à l’état d’urgence déclaré en 2014.

Drought Task Force
Bureaux de la Drought Task Force

Une aide financière est apportée aux particuliers pour remplacer les pelouses par des plantes moins gourmandes en eau et pour favoriser le remplacement des vieux robinets et autres par des installations plus économes.
Enfin, des sites web ont été lancés pour guider les habitants de la Californie, Save Our Water et drought.ca.gov.

L’Etat espère réduire ainsi sa consommation d’eau de 25%.

L’exception agricole

Les agriculteurs sont dispensés de ces mesures. Les responsables politiques de Californie justifient cette exception en expliquant que les agriculteurs ont déjà subi des restrictions depuis les trois ans que dure cette sécheresse. L’Etat de Californie régule, en effet, leur usage en eau issue des réservoirs depuis le début de la sécheresse et leur impose des restrictions régulières sur le prélèvement d’eau dans les rivières et les ruisseaux.

Les agriculteurs ont été contraints depuis trois ans de mettre de plus en plus de terres en jachère. Certains arboriculteurs dépendants de l’irrigation ont même arraché des vergers et vignes faute de pouvoir les alimenter en eau.

Jerry Brown avait annoncé fin mars le déblocage d’un fonds d’aide de 1 milliard de dollars destiné à l’agriculture.

Pourtant, l’agriculture est la principale consommatrice d’eau de l’Etat. Selon les sources d’information et selon les sources d’eau considérées, l’agriculture consomme entre 50% et 80% des ressources en eau de la Californie alors qu’elle ne pèse que 2% du produit intérieur brut total de l’Etat américain.

Mais ces 2% cachent le poids de ce secteur pour l’Etat et pour les Etats-Unis. Vignes, fruits dont l’amande, légumes, céréales, riz ou alfalfa, coton… La Californie ne se refuse aucune production agricole.
Dans un dossier sur le rôle de l’agriculture dans l’économie de la Californie et sa consommation d’eau publié en 2011 par l’Université de Californie à Fresno, des universitaires ont évalué que la production et la transformation agricole pesaient 1,36 millions emplois directs et indirects en 2009 pour une contribution de 27 milliards de dollars dans l’économie de l’état en 2008 (pour l’agriculture, l’exploitation agricole, la pêche et la chasse).

La guerre de l’eau est donc bien entamée en Californie, sur le front climatique et politique, entre agriculteurs et communautés urbaines, entre particuliers et riches accusés de s’accrocher aveuglement à leur piscine et « pelouses vert émeraude ».


Pour aller plus loin, long article du New York Times (en anglais) : California drought tests history of endless growth

Prochain article

monde

Réparations de guerre : Athènes réclame 279 milliards d'euros à Berlin