DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

" Les Noces de Figaro " : une version haute en couleurs au Bolchoï

Vous lisez:

" Les Noces de Figaro " : une version haute en couleurs au Bolchoï

Taille du texte Aa Aa

Les Noces de Figaro font leur grand retour au théâtre du Bolchoï à Moscou. L’opéra de Mozart n’y avait plus été à l’affiche depuis 20 ans. A l‘époque, la direction avait été confiée au Slovène Peter Feranec et la mise en scène à Joachim Herz de l’opéra comique de Berlin.

Point of view

J'essaie de me mettre au service de Mozart plutôt que de vendre mon propre génie.

Cette fois, le Bolchoï s’en est remis au chef d’orchestre britannique William Lacey qui a fait grande impression il y a un an, lorsqu’il a dirigé une version orchestrale des “ Noces de Figaro. “ Mais ce dernier préfère relativiser : “ mon travail consiste à me plonger dans la partition et à essayer de comprendre ce que le compositeur veut, ce qu’il nous dit, afin de rendre justice à son chef d’oeuvre. Donc j’essaie de me mettre au service de Mozart plutôt que de vendre mon propre génie. “

William Lacey a recruté parmi les meilleurs jeunes chanteurs du monde entier, et notamment le Russe Alexander Vinogradov, repéré lors de festivals et de performances à la Scala de Milan, à Covent Garden à Londres, mais aussi à Paris et Berlin. Il est un habitué du rôle de Figaro. Mais s’il dit adorer cet opéra, il admet que sa durée – pas moins de 3h30 – et ses trépidants rebondissements constituent un véritable défi pour les interprètes. “ On oublie souvent que toute l’intrigue se déroule en un seul jour. Et que le nom complet de l’opéra “ Les noces de Figaro “ est en fait “ Folle journée ou le mariage de Figaro. “ Et cette folle journée se doit d‘être folle du début à la fin. Et vivre une journée si folle… A la fin, vous êtes vidé ! Et c’est ce que vous ressentez à la fin de la représentation. Je suis épuisé ! “ avoue-t-il.

Signée Evgeny Pisarev, la mise en scène vise à faire ressortir l’esprit festif des “ Noces de Figaro “, une célébration colorée de l’amour et de la vie, ancrée dans l‘époque contemporaine. A voir jusqu‘à la fin avril et du 24 au 26 juin.

Plus de le mag