DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elections "dévastatrices" pour les Libéraux-démocrates et leur chef Nick Clegg


Royaume-Uni

Elections "dévastatrices" pour les Libéraux-démocrates et leur chef Nick Clegg

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Ces élections auront été “dévastatrices”. C’est le constat dressé par Nick Clegg au sujet de son propre parti. Il faut dire que les les libéraux-démocrates ne conservent plus que 8 des 57 sièges qu’ils occupaient dans le Parlement sortant.
C’est donc un désaveu complet pour le chef des “Lib Dem” qui a rapidement annoncé ce vendredi sa démission de la tête du parti.

“Je m’attendais depuis le début à ce que ce scrutin soit exceptionnellement difficile pour les libéraux-démocrates, compte-tenu des lourdes responsabilités qui nous incombaient au sein du gouvernement dans des circonstances difficiles. Les résultats ont été infiniment plus dévastateurs et durs que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’en prends bien sûr toute la responsabilité et j’annonce donc que je démissionne en tant que leader du parti libéral-démocrate.”

Dans son allocution, Nick Clegg a fait part de son inquiétude face à la poussée nationaliste manifestée en Ecosse. “Ces résultats mettent notre pays dans une position très périlleuse, avec le risque que les plaintes et les peurs ne contribuent à éloigner nos différentes communautés. J’espère que nos dirigeants mesureront les conséquences dramatiques pour notre vie quotidienne et pour l’unité de notre pays s’ils continuent d’insister sur les griefs plutôt que sur la générosité, sur la peur plutôt que sur l’espoir.”

C’est donc la tête basse que Nick Clegg quitte la direction du parti dont il avait pris les rênes il y a 8 ans.

Seule consolation pour l’ex-numéro 2 du gouvernement : sa réélection dans sa circonscription de Sheffield Hallam, dans le nord de l’Angleterre.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Raz-de-marée du parti de Nicola Sturgeon en Ecosse