DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Nahid" ou la liberté d'aimer


cinema

"Nahid" ou la liberté d'aimer

En partenariat avec

Nahid est une jeune Iranienne. Divorcée, elle vit seule avec son fils de 10 ans.
Selon la loi, la garde de l’enfant aurait du revenir au père mais celui-ci l’a cédée à son ex-femme à condition qu’elle ne se remarie pas.

Un jour Nahid rencontre un nouvel homme. Elle refuse de s’interdire de l’aimer malgré l’accord qu’elle a passé avec son ex-mari.

“Nahid” est le premier film de la réalisatrice iranienne Ida Panahandeh.
Un film d’une grande maîtrise présenté dans la sélection Un Certain Regard à Cannes.

“C’est un film qui peut paraître maîtrisé parce que j’ai 15 ans d’expérience dans le cinéma”, souligne la réalisatrice de 36 ans. “J’ai fait des études de cinéma et j’ai commencé très tôt à réaliser des court-métrages, des documentaires et des téléfilms. J’ai réalisé trois films pour la télévision et donc j’ai su utiliser toutes mes connaissances et mon expérience pour réaliser mon premier film. L‘écriture du scénario a pris deux ans donc on peut dire que ça m’a pris beaucoup de temps pour donner vie et réussir ce projet.”

“Mon intention n‘était pas du tout de faire un film sur les femmes en Iran”, précise Ida Panahandeh. “Il s’agit d’une histoire, d’un drame amoureux qui concerne une femme qui se trouve être Iranienne, mais e n’est pas un film sur toutes les Iraniennes”.

Un propos universel derrière une histoire iranienne. Voilà tout le talent du cinéma de Téhéran. Dans le rôle de la jeune femme qui aime trop et qui rêve de liberté, Sareh Bayat, Ours de la meilleure actrice pour “Une Séparation”. Le film tourne autour d’elle et de son refus de la fatalité.

Prochain article

cinema

"Dégradé" : huis-clos féminin à Gaza