DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Scandale de corruption à la FIFA : des soupçons autour de Jérôme Valcke ?

Les enquêteurs s'intéressent au secrétaire général de la FIFA. En toile de fond, un transfert suspect de plusieurs millions de dollars.

Vous lisez:

Scandale de corruption à la FIFA : des soupçons autour de Jérôme Valcke ?

Taille du texte Aa Aa

L’enquête pour corruption autour de la FIFA se poursuit et se rapproche même de Sepp Blatter. Cette fois, c’est son bras droit, Jérôme Valcke, qui est dans le viseur de la justice américaine.
Cet homme, secrétaire général de l’organisation, est soupçonné d’avoir supervisé un transfert de 10 millions de dollars vers un compte détenu par Jack Warner, lui-même ancien vice-président de la FIFA. Jack Warner a été formellement accusé de corruption il y a quelques jours.

> Voir article : Scandale à la FIFA : Qui sont les suspects ?

Dans l’acte d’accusation, le nom de Jérôme Valcke n’apparaît pas, il n’est question que d’un “haut responsable de la FIFA”, mais une source proche du dossier l’a identifié.

Autre personnalité visée : l’ancien président de la Confédération brésilienne de football, Ricardo Teixeira. Il est accusé de blanchiment d’argent et de fraudes. L’enquête est menée par la justice brésilienne. Teixeira avait démissionné de son poste en 2012, après des soupçons de corruption.

La justice s’intéresse aussi à Nicolás Leoz, ancien président de Confédération sud-américaine de football. Ce Paraguayen a été assigné à résidence ce lundi. Souffrant d’hypertension, il est actuellement hospitalisé. Il fait partie des personnalités mises en examen la semaine passée par la justice américaine.

Pour compléter le tableau, il faut également citer le secrétaire général de la CONCACAF, la confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes, Enrique Sanz. Il a été suspendu ce lundi par le comité d‘éthique de la FIFA, en raison des soupçons de corruption qui pèsent sur la Concacaf.
Deux dirigeants de la fédération congolaise de football ont également été suspendus

- Avec AFP et Reuters