DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Grecs inquiets et surpris après le report des remboursements

Les Grecs sont surpris de la décision de leur gouvernement de reporter les remboursements. Athènes préfère garder son argent pour payer les

Vous lisez:

Les Grecs inquiets et surpris après le report des remboursements

Taille du texte Aa Aa

Les Grecs sont surpris de la décision de leur gouvernement de reporter les remboursements. Athènes préfère garder son argent pour payer les prochains salaires et retraites des citoyens. La bourse d’Athènes a accueilli ce choix par une séance en chute libre, clôturant à -4,96%.

Point of view

On ne devrait pas rembourser, les salaires doivent être payés d'abord

“C’est une option négative qu’a choisi le gouvernement grec, nous explique l‘économiste Charalabos Gotsis, et ce, pour des raisons tactiques, comme cela il aura plus de temps pour négocier jusqu‘à la semaine prochaine, il ne cherchera pas à trouver l’argent pour la prochaine tranche de 500 millions d’euros, et pourra du coup se concentrer sur la conclusion d’un accord avec moins de pression. Nos partenaires devraient nous apporter une meilleure solution que celle de lundi dernier, parce que cette dernière était cruelle d’un point de vue social et ne servait pas le projet de croissance dont le pays a besoin.”

“La décision du gouvernement grec de demander un délai au FMI, quelques heures avant le deadline, n’a pas seulement surpris les créanciers de la Grèce mais aussi les citoyens grecs, constate notre correspondante Symela Touchtidou. Beaucoup ne cachent pas leur inquiétude, alors que quatre mois de négociations n’ont pas eu l’air de nous rapprocher d’un accord.”

Les réactions dans les rues d’Athènes reflètent en effet l’inquiétude :
“Ils ont été choisis par le peuple pour trouver une solution, dit un homme, furieux, et s’ils ne peuvent pas ils doivent tous démissionner.”

“La décision de reporter le paiement, est bonne. Si on avait payé, nous n’aurions plus d’argent pour la prochaine fois, estime une passante. On est dans une impasse.”

“On s’inquiète, on s’inquiète tous, reconnaît un homme, le gouvernement fait son possible, et on attend tous. On ne devrait pas payer, parce qu’on ne peut pas se le permettre, les salaires doivent être payés d’abord.”