DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

BachaTu : le rendez-vous mondial en République Dominicaine de la bachata


le mag

BachaTu : le rendez-vous mondial en République Dominicaine de la bachata

En partenariat avec

La République dominicaine ce sont des plages paradisiaques, mais aussi la bachata… une danse afro-caribéennes vive mais aussi romantique et sensuelle… A Boca Chica un Festival lui est même entièrement consacré, le BachaTu. Des centaines de festivaliers venus d’une dizaine de pays ont participé à la troisième édition … Pour les Aficionados de la Bachata, c‘était LE festival à ne pas manquer.

Les meilleurs danseurs sont sont espagnols. Daniel et Désirée, double champions du monde de Bachata. S’ils participent à de nombreux festivals de danse à travers le monde pour transmettre leur passion, le BachaTu reste, pour eux, un événement à part…

Désirée : “Je pense que participer à ce congrès ici en République Dominicaine, pays de naissance de la bachata, c’est très spécial. Ce festival rassemble énormément de monde. Plage, piscine, fête, cours de danse… Il y aussi de nombreux artistes… Tout est réuni. C’est un congrès incroyable. C’est la première fois que nous venons mais certainement pas la dernière”.

Autres stars internationales de la Bachata présentes au BachaTu : “Ataca y La Alemana” (il s’agit de leur nom de scène). Ils connaissent les festivals de Bachata internationaux et notamment européens sur le bout des doigts… Pour eux, le plus du BachaTu, c’est sa variété.

“La différence entre BachaTu et d’autres festivals européens, explique La Alemana, c’est que c’est aussi un festival de musique. Ce n’est pas un rassemblement normal avec des cours et des spectacles le soir. Nous avons des concerts tous les soirs il y a donc aussi de la musique. Les gens comprennent d’où vient la bachata. Et quoi de mieux que la République Dominicaine pour faire ça. Nous essayons donc d’avoir une expérience globale plutôt que simplement des cours et des choses comme ça.”

La Bachata explose en Europe depuis quelques années et nombreux sont les européens, danseurs amateurs, qui ont fait le voyage en République Dominicaine pour se perfectionner. Mais avant d‘être une danse, la Bachata est d’abord une musique, un point important à souligner pour ces professionnels, car c’est la musique, qui selon eux, permettra à la Bachata d‘évoluer encore …

“L’Europe est conquise par la bachata, ajoute Ataca Tout le monde est très romantique, cela parle d’amour. On se retrouve dans la bachata, c’est énorme en Europe, énorme. Je crois que la prochaine étape ce sera de plus apprécier la musique, de mieux la connaître, de connaître les instruments, de savoir pourquoi les gens utilisent certains chansons… je crois que c’est la prochaine étape. Laissons parler la musique !”

“Un moment de fête”, c’est ce que signifie le mot Bachata … De la musique donc, de la danse évidemment… Mais aussi du partage … Car le BachaTu revêt également un aspect social

“Rudy El Tiguere” est son organisateur : “Pour nous il est extrêmement important de remercier la République Dominicaine qui nous a donné cette merveilleuse musique. Donc ce que nous faisons c’est de lever des fonds pour des organisations qui aident les enfants. Et ce dans tous les domaines. Que ce soit pour des soins, pour l‘éducation. Il y a aussi d’autres initiatives sur le logement et un troisième volet sur la musique et les instruments. On a donc l’esprit, l‘âme et le corps des enfants.”

La Bachata est née le 30 mai 1962 dans la voix de José Manuel Calderon accompagné du trio “Les Juvéniles”. avec les titres “Borracho de Amor” et “Condena” enregistrés dans les studios de la Radio Télévision Dominicaine… Malgré une histoire chaotique, elle a finalement réussi au fil du temps à trouver sa place dans les Festivals aux côtés de la célèbre Salsa.

“Longtemps interdite sous la dictature, la bachata est devenue aujourd’hui l’un des symboles de la république Dominicaine et elle jouit d’une notoriété internationale. Ici, à Boca Chica, le 30 mai vient même d‘être décrétée journée officielle de la bachata par la municipalité. A Boca Chica en République Dominicaine, Raphaële Tavernier, euronews”.

Prochain article

le mag

Elijah Blake écrit désormais pour lui même