DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Helle Thorning-Schmidt, au delà du selfie

Des législatives anticipées au Danemark malgré des sondages défavorables Elle n’a pas froid aux yeux. Helle Thorning-Schmidt estime qu’il “est

Vous lisez:

Helle Thorning-Schmidt, au delà du selfie

Taille du texte Aa Aa

Des législatives anticipées au Danemark malgré des sondages défavorables

Elle n’a pas froid aux yeux. Helle Thorning-Schmidt estime qu’il “est temps de demander à la population si elle veut maintenir le cap”. C‘était le 27 mai dernier, la chef du gouvernement danois annonçait des élections législatives le 18 juin, trois mois avant la date-limite légale et ce, malgré des sondages défavorables pour la gauche au pouvoir. La Première ministre social-démocrate espère profiter du redressement de l‘économie depuis le début de l’année et parie sur une campagne électorale très courte. En 2011, elle hérite d’une situation économique difficile, le Danemark étant durement touché par la crise financière de 2008, avec l‘éclatement d’une bulle immobilière. Son gouvernement a mis en oeuvre des réformes d’inspiration plutôt libérale, qui ont fini dernièrement par aider la croissance. Ce programme l’a rendu impopulaire auprès de nombreux électeurs de gauche. Elle a notamment baissé l’impôt sur les sociétés, diminué les indemnités chômage et vendu une partie du groupe public d‘énergie Dong à la banque d’investissement américaine Goldman Sachs. Helle Thorning-Schmidt promet moins d’austérité, plus de croissance et plus de projets de protection sociale.
Le gouvernement prévoit 1,7% de croissance en 2015 et 2% en 2016. Le chômage est l’un des plus bas de l’Union européenne, à 4,8%.

Première femme chef de gouvernement au Danemark

En septembre 2011, la coalition de centre-gauche “Bloc rouge” remporte les législatives et met fin à dix ans de pouvoir du centre-droit. Helle Thorning-Schmidt devient la première femme à diriger le pays. Le Danemark, pays de l'égalité professionnelle. Le taux d’emploi des femmes est le plus élevé de l’Union européenne : 72,4% des femmes et 76,5% d’hommes travaillent. 38,3% de femmes travaillent à temps partiel alors que 14,3% d’hommes ont des emplois à temps partiel.

Une image internationale. C’est d’elle que ce serait inspirée la célèbre série télévisée danoise Borgen qui raconte l’histoire de l‘élection inattendue au Danemark d’une femme au poste de Premier ministre.

La chancelière allemande Angela Merkel avec la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt à Marienborg, la résidence officielle des chefs de gouvernement à Lyngby, Danemark, 28 avril 2015. REUTERS/Thomas Lekfeldt/Scanpix

Plus populaire que son adversaire

Le principal adversaire de Helle Thorning-Schmidt est Lars Løkke Rasmussen, qui dirige Venstre, parti de centre-droit: Il a été Premier ministre de 2009 à 2011. Pour gouverner, son parti a besoin du soutien des populistes anti-immigration du Parti populaire danois (DF), arrivés en tête aux européennes de 2014.

Les partisans des deux camps acclament leur candidat, la chef du gouvernement Helle Thorning-Schmidt et le chef de l’opposition, Lars Løkke Rasmussen lors de leur premier débat en tête-à-tête, le 31 mai 2015 à Copenhague. REUTERS / Keld Navntoft / Scanpix Danemark

Mariée à un député britannique

Helle Thorning-Schmidt, 48 ans est mariée depuis 1996 au Britannique Stephen Kinnock, 45 ans, dont elle a deux filles, Johanna et Camilla. Candidat travailliste, il a été élu député le 8 mai dernier lors des législatives au Royaume-Uni. Il se présentait pour la première fois, dans la circonscription ouvrière d’Aberavon, dans le sud du pays de Galles. Il est surtout connu au Royaume-Uni comme étant le fils de Neil Kinnock, numéro un du parti travailliste dans les années 1980 et commissaire européen pendant de longues années.

La Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, son mari Stephen Kinnock et leur fille Johanna au moment du dépouillement des bulletins de vote dans la circonscription d’Aberavon, 8 mai 2015.
REUTERS/Rebecca Naden

Surnom "Gucci Helle"

Une femme coquette. Les Danois appellent leur Première ministre “Gucci Helle”. La chef du gouvernement adore les robes coûteuses et réalisées par les plus grands couturiers. Elle veille à rester une fashionista en toutes circonstances. Même lorsqu’elle se rend sur le front en Lybie dans un avion militaire, elle n’oublie pas ses talons aiguilles. Dépenser 10 500 euros pour un sac ne lui fait pas peur tout comme quelques injections de Botox par an.