DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash de la Germanwings : Andreas Lubitz avait consulté 41 médecins en cinq ans

Le Procureur en charge de l’enquête sur le crash de la Germanwings a apporté de nouveaux éléments, lors d’une conférence de presse ce jeudi. Brice

Vous lisez:

Crash de la Germanwings : Andreas Lubitz avait consulté 41 médecins en cinq ans

Taille du texte Aa Aa

Le Procureur en charge de l’enquête sur le crash de la Germanwings a apporté de nouveaux éléments, lors d’une conférence de presse ce jeudi. Brice Robin a indiqué qu’Andreas Lubitz avait consulté 41 médecins au cours des cinq dernières années, dont sept dans le mois qui a précédé son geste suicidaire.

Les praticiens l’avaient jugé inapte au pilotage, mais en Allemagne, ils encourent une peine de prison s’ils brisent le secret médical, à moins de détenir la preuve d’un crime imminent.

Le procureur, qui s’est au préalable entretenu avec les familles des victimes pendant près de quatre heures, va donc ouvrir une information judiciaire pour “homicides involontaires” contre X. Le droit pénal ne permet pas des poursuites pour assassinat, puisque l’auteur du crime est décédé.

Le 24 mars dernier, Andreas Lubitz avait délibérément précipité au sol un Airbus A320, entraînant dans son chute les 149 passagers qui se trouvaient à bord. Trois juges d’instruction de Marseille devront bientôt déterminer notamment le niveau de connaissance de la compagnie sur l‘état de santé mentale du copilote. Près de trois mois après la tragédie, seuls les corps de 44 victimes allemandes ont été transférés outre-Rhin, par un vol spécial de la Lufthansa mardi.

Un deuxième vol doit rapatrier une trentaine de cercueils de Marseille à Barcelone le 15 juin, et les rapatriements dans les pays d’origine des victimes doivent être “achevés à la fin juin” , a annoncé mercredi la Lufthansa. Parmi les 150 victimes du crash, 72 étaient allemandes, 50 espagnoles. Les fragments humains non identifiables seront par ailleurs inhumés dans “une sépulture collective” dans la ville du Vernet, en France, à quelques kilomètres de la zone de l’accident.