DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : toujours pas d'accord, nouvelle tentative lundi


Grèce

Grèce : toujours pas d'accord, nouvelle tentative lundi

La Grèce et ses créanciers n’ont pas réussi à se mettre d’accord ce jeudi, sur une solution pour la dette grecque.

Une réunion d’urgence aura lieu ce lundi à Bruxelles. Ce sommet Union européenne – FMI apparaît de plus en plus comme celui de la dernière chance pour éviter un défaut de paiement de la Grèce et une éventuelle sortie d’Athènes de la zone euro.

Au terme de la rencontre de ce jeudi, à Luxembourg, la patronne du FMI Christine Lagarde a eu des mots cinglants : “L’urgence est de rétablir le dialogue avec des adultes autour d’une table”, a-t-elle lancé.

Les créanciers demandent à Athènes de faire des efforts supplémentaires, notamment une diminution des retraites et une hausse de la TVA, ce que le gouvernement grec refuse jusque-là.

De son côté, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a fait des propositions pour contenir les déficits. “Nous avons proposé d’instaurer un frein à l’endettement, a-t-il expliqué. Ce mécanisme serait activé automatiquement sans même l’avis du parlement. Il serait activé suivant les recommandations d’un conseil budgétaire indépendant qui serait chargé justement de prévenir des risques de nouveaux déficits.”

“Nous sommes dans ce moment où l’on approche de la fin de partie”, a résumé le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Pierre Moscovici.

“Les discussions sur la Grèce auront duré à peine plus d’une heure, le tout dans une ambiance très tendue, a souligné l’envoyée spéciale d’euronews à Luxembourg, Efi Koutsokosta. Aucun des ministres des finances n’a voulu commenter la proposition du ministre grec. Maintenant, tous les regards vont se tourner vers le sommet de ce lundi, alors même que la situation devient de plus en plus critique.”

- avec agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Grèce : mobilisation des pro-européens