DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Lesbos, en Grèce, nouveau Lampedusa


Grèce

Lesbos, en Grèce, nouveau Lampedusa

Les îles grecques font face à une arrivée de plus en plus massive de migrants, en provenance d’Afghanistan et de Syrie. L‘île de Lesbos est particulièrement sous pression. Chaque nouvelle journée déverse ses dizaines ou centaines de réfugiés sur les rivages de cette île située à 13 kilomètres des côtes turques :

Lukman Muhammed Ali:
“Nous sommes syriens et ce que nous voulons, c’est être traités comme des êtres humains comme les autres.”

42 000 migrants ont débarqué en Grèce depuis le début de l’année, dont 25 000, pour la plupart Syriens, sur l‘île de Lesbos, cinq fois plus que l’an dernier. Avec les beaux jours, et des conditions météorologiques favorables, on s’attend à une nouvelle augmentation des flux migratoires.

Pour le maire de la troisième plus grosse île grecque, il faut gèrer l’urgence, mais impossible de faire face seuls:

Spyros Galinos :
“Quand votre maison prend feu – et notre île, c’est notre maison – vous appelez les pompiers. Mais vous n’allez pas ensuite prendre un café, vous faites tout ce que vous pouvez pour éteindre le feu, c’est ce qu’on a fait en attendant désespérément de l’aide, l’arrivée des pompiers. Mais les pompiers n’arrivent pas.”

Sur le port de Mytilène, la capitale de Lesbos, les habitants essaient d’aider comme ils peuvent.

“Nous sommes face à des gens désespérés. Ils méritent tout notre soutien, dit cet homme. Mais à ce rythme, tôt ou tard, ils seront plus nombreux que nous.”

La mairie a provisoirement ouvert une piscine désaffectée près du port, et un camp pouvant accueillir jusqu‘à 500 personnes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Crise de la dette grecque : Alexis Tsipras s'affiche en Russie et emporte un accord gazier