DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Carnage en Tunisie : 37 morts sur la plage d'un hôtel


Tunisie

Carnage en Tunisie : 37 morts sur la plage d'un hôtel

La Tunisie, la France et le Koweit secoué chacun ce vendredi par un attentat. En Tunisie, c’est près de la station balnéaire de Sousse que le sang a coulé. Le bilan s’est beaucoup alourdi en début de soirée. D’après le ministère de la Santé, au moins 37 personnes ont été tuées. 36 autres ont été blessés, dont certains sont dans un état grave. Des touristes belges, britanniques et Allemands font partie des victimes.

Cette attaque a visé l’hôtel Riu Imperial Marhaba hébergeant quelque 560 clients. Les forces de sécurité ont abattu l’assaillant qui a tiré sur ceux qui se trouvaient sur la plage et près de la piscine de l‘établissement. D’après la radio tunisienne, un deuxième homme a été arrêté.

Selon les autorités tunisiennes, l’auteur présumé de l’attentat était un étudiant tunisien qui était inconnu des services de police. Un jeune “originaire de la région de Kairouan”, l’une des villes saintes de l’islam située dans le centre de la Tunisie, selon le secrétaire d‘État aux affaires sécuritaires.

L’attaque a été perpétrée alors que la Tunisie est en alerte maximale depuis l’attentat sanglant contre le musée du Bardo à Tunis en mars.

D’après des témoins, l’assaillant était habillé comme un touriste, est entré par la plage, a ouvert un parasol d’où il a sorti une Kalachnikov puis a ouvert le feu sur les touristes et les Tunisiens qui étaient sur la plage de l’hôtel. La fusillade a provoqué des scènes de panique, comme le confirme ce témoin.

“Je me suis rendu ce matin à l’hôtel avec un ami qui voulait déposer sa candidature pour un poste, a-t-il raconté. Il est entré et je l’ai attendu à l’extérieur. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu le bruit de tirs venant de la plage puis j’ai vu un homme qui tirait sur les touristes et qui courait vers la piscine. Les touristes paniquaient et essayaient de s’enfuir. Puis il a envoyé une grenade vers eux. J’ai vu un homme être tué par l’explosion et je pense qu’une femme qui était à côté de lui a été sérieusement blessé”.

La Tunisie ne peut pas faire face “seule” aux jihadistes a affirmé le président tunisien Béji Caïd Essebsi, qui réclame une “stratégie globale de lutte”. Le chef de l‘État s’est rendu sur les lieux de l’attentat. “Nous sommes déterminés à prendre les mesures les plus douloureuses pour faire face à un fléau encore plus douloureux”, a-t-il prévenu.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

En Grèce, le pays redoute de nouvelles politiques d'austérité