DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

En Ukraine, une colonie de vacances pour les enfants de soldats, dans la résidence privée de l'ancien président Ianoukovitch


Ukraine

En Ukraine, une colonie de vacances pour les enfants de soldats, dans la résidence privée de l'ancien président Ianoukovitch

Dans la région de Kiev, c‘était la résidence privée de Victor Ianoukovitch, le président ukrainien, jusqu’en février 2014. Aujourd’hui, 50 enfants sillonnent les allées, et profitent de ces installations, pour une colonie de vacances plutôt originale. Ce sont surtout des enfants de soldats ukrainiens qui se battent contre les séparatistes soutenus par Moscou.

Dmytro, un jeune campeur de 10 ans:
“Ianoukovitch, notre ancien président, avait l’habitude de vivre ici. Et c’est vraiment magnifique. On a vu sa maison, sa salle de sport, son propre zoo, et même une cascade qui était magnifique. Quand j’ai vu çà, je suis resté bouche bée…”

Nataliya Stepanova, bénévole :
“Les enfants de soldats ukrainiens sont très vulnérables. Beaucoup d’entre eux souffrent. Certains pères combattent dans la région du Donbass, et ils vivent avec leurs mamans qui sont à bout de nerfs. Et d’autres ont perdu leurs papas . Donc, ce genre de camp est un véritable réadaptation pour eux “ .

Le camp a été organisé par une société privée. Certains enfants de soldats ukrainiens ne payent rien. Au programme : des ateliers, des cours d’anglais et, bien sûr, la visite de l’immense flotte de voitures de l’ancien président, ou encore son golf privé. Ces enfants reçoivent ici une aide psychologique. Les plus jeunes pourront suivre un cours d’hippothérapie, des soins apportés par les chevaux.

Pour les responsables de ce camp d‘été l’essentiel est bien d’apporter non seulement du plaisir mais aussi une réhabilitation pour ces enfants décrits comme vulnérables. Le conflit a fait plus de 6000 morts depuis plus d’un an selon l’ONU, dont de très nombreux enfants.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Carnage en Tunisie : 37 morts sur la plage d'un hôtel