DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : le contrôle des capitaux a favorisé le camp du "oui" au référendum


Grèce

Grèce : le contrôle des capitaux a favorisé le camp du "oui" au référendum

Pour ou contre les mesures d‘économies préconisées par les créanciers : selon les estimations, le camp du “oui, favorable à soutenir l’accord proposé à Bruxelles, a rattrapé le retard qu’il présentait il y a une semaine et, à quelques heures du vote, le résultat semble bien incertain.

“Je crois que les gens sont divisés” dit Elena Michaelidou, une professeur de danse. “Je crois que les partisans du “non” sont moins nombreux qu’avant.”

Les années de rigueur économique ont épuisé une partie de la population et le camp du “non” aimerait arracher une restructuration de la dette qui étouffe l‘économie du pays.

“C’est malheureux, mais les gens sont en colère, et on peut comprendre pourquoi” explique Chistos Kornios, un producteur d’huile d’olive. “Tout a changé, leur vie quotidienne est de plus en plus difficile. Il y a un aspect positif dans ce sentiment de peur, les gens ont ouvert les yeux sur ce qui se passe maintenant et ce qui aura lieu dans le futur.”

L‘éventualité d’un Grexit et la crainte d’un retour à la drachme a convaincu une partie des électeurs de voter “oui”.

“C’est vrai qu’au début le camp du non était devant, mais la fermeture des banques a choqué” admet la députée Syriza Maria Theleiti. “Il faut savoir que le peuple grec a déjà beaucoup souffert, et puis il y a eu l’occupation, alors maintenant, ils ont peur.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les Grecs à la veille du référendum sur les propositions des créanciers