DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hissène Habré : un procès historique qui doit montrer l'exemple

Au Tchad, l’association des victimes des crimes du régime d’Hissène Habré obtient ce qu’elle désirait depuis si longtemps. 25 ans après leur

Vous lisez:

Hissène Habré : un procès historique qui doit montrer l'exemple

Taille du texte Aa Aa

Au Tchad, l’association des victimes des crimes du régime d’Hissène Habré obtient ce qu’elle désirait depuis si longtemps. 25 ans après leur libération, 15 ans après leur première plainte, le procès a enfin lieu. Clément Abaifouta en est le président. Il a passé 4 ans dans les prisons du régime.

“Ce serait une première qu’un chef d’Etat africain soit jugé pour les atrocités qu’il a commises sous son règne. Mais il faut que cela serve de leçon, sinon à quoi servirait toute cette longue marche de 25 ans, ce serait un coup de sabres dans l’eau.”

Clément comme Ginette Ngarbaye, la secrétaire de l’association seront parmi les 100 victimes qui témoigneront au procès, sur 4 000 parties civiles. Ginette a tout subi en prison. La torture, le viol, la faim, le froid, la chaleur, les insectes, et un accouchement dans des conditions inhumaines.

Aujourd’hui, elle veut des réponses:

“Tu es au marché, on te prend, tu es à l‘église, on te prend. Au travail, dans la rue, on te prend. Jusqu‘à aujourd’hui, je ne sais pas pourquoi on m’a arrêtée. C’est la méchanceté de l’homme? Je dois savoir pourquoi on m’a arrêtée.”

Un homme se bat aux côtés des victimes depuis 1999. Un avocat américain spécialisé dans la défense des victimes de régimes dictatoriaux, déjà actif dans l’affaire Pinochet. Reed Brody est surnommé le chasseur de dictateurs.

Il espère que l’aboutissement de cette longue lutte ne sera qu’un début:

“Ce que ce procès montre, c’est que grâce à de la ténacité, de la persévérance, de l’imagination, des survivants peuvent amener un dictateur devant la justice, et c’est un message très fort. Ce qu’on espère maintenant, c’est que cette victoire des victimes et ce procès de Hissène Habré vont inspirer d’autres victimes, d’autres activistes à travers le monde.”

L’avocat Mahamat Hassan Abakar a présidé la Commission d’enquête sur les crimes du régime nommée par le gouvernement d’Idriss Déby, après la chute du dirigeant tchadien.

“Tous ces dictateurs, s’ils n’avaient pas l’appui de l’Occident, ils ne pourraient pas aller si loin. Habré à l‘époque a été quasiment adopté par l’Amérique de Reagan. Il le voyait comme le grand défenseur de l’Afrique noire contre l’expansion Khaddafiste. En ce qui concerne la vie des citoyens à l’intérieur, ils ont fermé les yeux. “

Pour ces “citoyens de l’intérieur” aujourd’hui, ce procès historique doit montrer l’exemple…