DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scotland Yard conclut que la Russie est impliquée dans l'empoisonnement de Litvinenko


Royaume-Uni

Scotland Yard conclut que la Russie est impliquée dans l'empoisonnement de Litvinenko

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La Russie est impliquée dans la mort de Alexander Litvinenko, cet ex-espion du KGB empoisonné en 2006 à Londres : l’accusation n’est pas nouvelle, mais les enquêteurs de Scotland Yard l‘écrivent cette fois dans leur conclusion finale. Leur avocat rappelle aussi que l’utilisation du poison, le polonium 210, équivalait à une “attaque nucléaire dans les rues” de Londres.

“Ceux qui ont planifié le meurtre de Litvinenko ne voulaient pas que la raison de sa mort soit découverte, explique Richard Horwell, avocat de la police. Selon les preuves, la seule explication crédible est que l’Etat russe, d’une manière ou d’une autre, est impliqué dans le meurtre de Litvinenko.”

Le Kremlin refuse les extraditions

Le Kremlin a toujours rejeté les accusations britanniques, protégeant les deux suspects russes : Andreï Lougovoï bénéficie de l’immunité, puisqu’il est devenu député depuis. Et pas question d’extrader non plus Dmitri Kovtoun. Dmitri Kovtoun devait commencer lundi à livrer son témoignage devant la Royal Court of Justice de Londres, par vidéo conférence, mais il a renoncé, sous prétexte qu’il risquait une sanction s’il n’obtenait pas au préalable l’autorisation du Kremlin. Il a rejeté la faute sur les Britanniques qui n’ont pas, selon lui, contacté leurs homologues russes.

Les conclusions de la police britannique rejoignent les accusations de Alexandre Litvinenko : sur son lit de mort,  l’ancien espion avait affirmé que Vladimir Poutine avait commandité son assassinat. 

L’enquête publique britannique lancée en janvier, qui permet d’examiner à huis clos des documents sensibles, doit se terminer cette semaine. La cour doit rendre ses conclusions avant fin 2015.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

En Belgique, les producteurs de lait en colère