DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tollé sur internet : une chasseuse pose auprès d'un cadavre de girafe

Vous lisez:

Tollé sur internet : une chasseuse pose auprès d'un cadavre de girafe

Taille du texte Aa Aa

Nouvelle polémique autour de la chasse sur les réseaux sociaux. Une chasseuse nommée Sabrina Corgatelli s’est attirée les foudres des internautes après avoir mis en ligne des clichés d’elle et du cadavre de la girafe qu’elle venait d’abattre lors d’une partie de chasse en Afrique du Sud.

Les photos ont été publiées le 25 juillet dernier sur son mur Facebook, puis relayées par le Daily Mail .

En accompagnement de ses photos, elle écrit qu’elle “ne peut pas être plus heureuse” [et qu’elle] “n’oubliera jamais la sensation ressentie après l’avoir tuée”. Les commentaires négatifs et insultes pleuvent alors pour condamner son acte.

Ce n’est pas la première fois que cette Américaine s’affiche avec ses trophées, sa page Facebook la montre en compagnie des animaux qu’elle a tué sur plusieurs autres photos.

Les compagnies aériennes se mobilisent pour la cause animale

Sabrina Corgatelli fait en partie les frais de la polémique entourant la mort du lion Cecil. En réaction à cette polémique, les compagnies aériennes américaines Delta et American AirLines ont annoncé lundi dans un communiqué qu’elles interdisent désormais le transport de trophées de chasse à bord de leurs avions.

Les animaux visés par la décision des transporteurs sont les lions, les léopards, les éléphants, les rhinocéros et les buffles.

Delta et AA suivent ainsi la voie ouverte auparavant par les compagnies Emirates et South African Airways.

Delta ajoute qu’elle va revoir ses politiques en cours concernant les autres espèces et en discutera avec les agences gouvernementales et les différentes organisations concernées.

La compagnie American Airlines a quant à elle annoncé une décision similaire dans un tweet publié lundi soir.


“A compter d’aujourd’hui, nous ne transporterons plus de trophées de buffles, éléphants, léopards, lion ou rhinocéros”.

Conséquence d’une vague d’indignation après la mort du célèbre lion Cecil

Ces décisions, qui interviennent en pleine saison de chasse dans certains pays d’Afrique, font suites à la polémique mondiale après la mort du lion Cecil au Zimbabwe, tué par un dentiste américain, chasseur de trophées animaliers.

Cecil, à la crinière sombre, était bien connu des visiteurs étrangers du parc national Hwange du Zimbabwe. Walter Palmer, le dentiste américain accusé d’avoir tué à l’arc le lion équipé d’un collier GPS aurait déboursé 50 000 dollars (45 600 euros) pour l’occasion.