DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sebastian Coe : un président en croisade contre le dopage


Sport

Sebastian Coe : un président en croisade contre le dopage

Sebastian Coe succède à Lamine Diack qui était depuis 16 ans le président de la Fédération internationale d’athlétisme.

Le Britannique, ex-spécialiste du demi-fond, a obtenu 115 voix contre 92 à son seul adversaire, l’ancien perchiste ukrainien Sergueï Bubka.

Sebastian Coe : “Il ne faut jamais avoir honte de dire et de répéter que l’athlétisme est le sport numéro 1 dans le monde. Et je suis vraiment ravi d‘être le patron du sport numéro 1. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour être certain que ce sport conserve certaines valeurs et toute son importance. Le président Diack m’a laissé un héritage et des bases très solides”.

Sebastian Coe a été champion olympique du 1.500 mètres en 1980 et 1984.

Il a également obtenu deux médailles d’argent sur 800 mètres et détenu simultanément – performance inédite – les records du monde du 800, du 1.500 et du mile.

Sa rivalité avec son compatriote Steve Ovett a durablement marqué l’histoire de l’athlétisme.

Dans les années 90, il a été député conservateur avant d’oeuvrer pour que Londres obtienne l’organisation des Jeux olympiques.

Anobli par la Reine, Lord Sebastian Coe est devenu le président du Comité d’organisation des Jeux de 2012.

Désormais président de la Fédération internationale d’athlétisme, il a fait de la lutte contre le dopage sa principale priorité en prônant la création d’un organisme de contrôle indépendant.

Ce n’est pas anodin puisque un tiers des médaillés mondiaux ou olympiques entre 2001 et 2012 présenteraient des valeurs suspectes à en croire les conclusions d’experts relayées par le Sunday Times et la chaîne allemande ARD.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

La nouvelle "formule 1 des mers" de François Gabart