DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tianjin : discours rassurant des autorités sur la pollution ; angoisse des populations

La nature précise de la pollution sur le port de Tianjin (Chine) demeure une grande inconnue, dix jours après les explosions qui ont, le 12 août

Vous lisez:

Tianjin : discours rassurant des autorités sur la pollution ; angoisse des populations

Taille du texte Aa Aa

La nature précise de la pollution sur le port de Tianjin (Chine) demeure
une grande inconnue, dix jours après les explosions qui ont, le 12 août,
selon le dernier bilan officiel, fait 116 morts, auxquels il faut ajouter au moins 69 disparus. Et dévasté un complexe industriel dans cette métropole de 15 millions d’habitants, distante de 140 km de la capitale Pékin.

Pour tenter de rassurer la population, les autorités chinoises ont déposé pendant deux heures des poulets, des lapins et des pigeons, lesquels ont survécu. Jeudi, elles avaient fait procéder à des tests de qualité de l’eau qui, ont-elles expliqué, n’ont pas révélé de risque pour l‘être humain.

“Au regard de l’analyse des données collectées, a commenté le directeur du centre des urgences au ministère de la protection de l’Environnement, Tian Weiyong, la pollution de l’air au coeur de la zone
est maîtrisable et la pollution en dehors de cette zone n’a pas dépassé
les normes nationales.”

Quant aux milliers de poissons morts retrouvés dans la rivière à 6 km du site, il ne s’agirait pas d’un phénomène inhabituel. Et ce ne serait donc pas lié à l’accident. L’explication ne suffit toutefois pas à rassurer
la population. D’autant que les autorités envisagent des expropriations.

“Bien sûr que je veux que le gouvernement rachète mon appartement, déclare Li Ying. C’est désormais une zone fantôme et mon fils a trop peur d’y revenir.” “Notre principal problème, c’est la pollution chimique, poursuit Zhang Jie. L’eau que nos enfants boivent et l’air qu’ils respirent.”

Par ailleurs, quatre nouveaux incendies se sont déclarés vendredi sur le site. Attestant de la présence de composants chimiques inflammables encore non repérés par les équipes chargées du nettoyage.