DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corées : au 2è jour de négociations, un accord semble lointain


Corée

Corées : au 2è jour de négociations, un accord semble lointain

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont repris dimanche leurs discussions. Elles les avaient suspendues dans la nuit après dix heures d‘échanges infructueux entre des hauts fonctionnaires des deux pays. En particulier, le conseiller sud-coréen à la sécurité nationale, Kim Kwan-Jin, et son homologue nord-coréen, Hwang Pyong-So, un proche collaborateur de Kim Jong-Un.

Elles se déroulent dans le village frontalier de Panmunjom, où le cessez-le-feu mettant officiellement fin à la guerre de Corée a été signé le 27 juillet 1953. Un simple armistice, qui n’a jamais été formalisé par un véritable traité de paix. Une paix bien fragile depuis maintenant 62 ans, une zone démilitarisée de 248 km de long et 4 km de large, formant une zone tampon, séparant les deux pays.

De chaque côté, les armées sont actuellement en état d’alerte maximale. La Corée du Nord exige de la Corée du Sud qu’elle stoppe la diffusion par hauts-parleurs de messages de propagande vers le Nord. La Corée du Sud réclame des excuses pour l’explosion d’une mine antipersonnel qui a gravement blessé deux de ses soldats début août – ils ont dû être amputés des deux jambes.

“Je suis bien consciente que ce ne sera pas facile mais j’espère que les discussions se termineront de manière positive, confie Kim Yu-Rim, 22 ans, une habitante de Séoul. Ainsi, nos citoyens seront en sécurité. Les gens disent que ça va prendre beaucoup de temps pour résoudre les problèmes entre nos deux pays. Mais moi j’espère que ce sera plus rapide.”

Le ton est bien plus virulent de l’autre côté de la frontière. Où la propagande du régime communiste nord-coréen est reprise mot pour mot. “Cela fait si longtemps que nous voulons l’unification des deux Corées, souligne Kim un Kyong, une soldate. La Grande guerre approche et les jeunes générations sont impatientes de débarrasser cette péninsule des gangsters américains et sud-coréens.”

Les deux Corées n’avaient pas eu d‘échanges à ce niveau depuis un an. En cas d‘échec, tant le rapprochement des points de vue paraît difficile, elles pourraient se prolonger par une rencontre à un échelon encore supérieur.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Iran : l'ambassade britannique a rouvert ses portes à Téhéran