DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Allemagne : Hollande et Merkel dénoncent un climat anti-migrants


monde

Allemagne : Hollande et Merkel dénoncent un climat anti-migrants

La pression migratoire s’intensifie sur l’Allemagne, avec un nombre de demandes d’asile qui devrait atteindre les 800 000 cette année. Et cela crée des tensions. Pour preuve, les heurts de ce week-end notamment à Heidenau dans l’est du pays. Des groupes d’extrême-droite ont organisé des manifestations pour dénoncer l’arrivée de réfugiés supplémentaires et l’ouverture de centre d’accueil.

Une attitude intolérable, aux yeux des dirigeants allemands. La chancelière Angela Merkel l’a martelé ce lundi à Berlin lors d’une conférence de presse conjointe avec le président français.

“Il se développe un climat agressif et xénophobe qu’on ne peut tolérer, a-t-elle déclaré. Il est répugnant de voir des groupes d’extrême-droite et néo-nazis essayer de diffuser leur message de haine. Il est tout aussi scandaleux de voir des citoyens, y compris des familles, manifester de la sympathie voire un soutien pour ce type de message”.

Même tonalité dans les propos du président français, pour qui il ne faut pas laisser se développer les tensions occasionnées par l’arrivée des réfugiés.

“C’est une responsabilité qui ne peut pas être laissée à un pays en particulier mais qui concerne toute l’Europe, a ainsi souligné François Hollande. Nous voyons bien les tensions que cela peut provoquer, et je m’associe entièrement aux propos d’Angela Merkel par rapport à ce qui s’est passé dans son propre pays et qui heurte nos consciences”.

Enfin, les dirigeants français et allemands ont plaidé pour une meilleure coordination entre les pays européens, souhaitant notamment la mise en place d’un système unifié de droit d’asile et une répartition équitable des réfugiés en Europe.

>> Pour revoir les déclarations complètes d’Angela Merkel et de François Hollande, cliquez ici

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

200 000 élèves privés de rentrée scolaire dans la bande de Gaza