DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Colombie et Venezuela ont affiché jeudi leur volonté de régler leur conflit frontalier

Le conflit entre le Venezuela et la Colombie n’est, loin de là, pas réglé. Mais les deux parties ont affiché jeudi leur volonté de trouver un accord

Vous lisez:

Colombie et Venezuela ont affiché jeudi leur volonté de régler leur conflit frontalier

Taille du texte Aa Aa

Le conflit entre le Venezuela et la Colombie n’est, loin de là, pas réglé. Mais les deux parties ont affiché jeudi leur volonté de trouver un accord permettant de rouvrir la partie de frontière fermée la semaine dernière, après que trois militaires et un civil vénézuéliens ont été blessés dans une embuscade. Une centaine de km où sévissent des guérilleros, des paramilitaires, des trafiquants de drogue et des contrebandiers sont concernés.

“Nous allons continuer à travailler pour construire une meilleure frontière, a commenté la ministre vénézuélienne des Affaires étrangères, Delcy Rodriguez, après sa rencontre avec son homologue colombienne, Maria Angela Holguin. Un endroit où règne la paix, où la loi soit respectée, sans mafia, sans violence, une frontière associant nos populations des deux côtés”.

Le président colombien Santos s’est rendu dans un centre d’urgence qui a accueilli le millier de Colombiens expulsés en représailles. Se déclarant “inquiet”, il a “exigé” du gouvernement vénézuélien “le respect pour tous les Colombiens, des plus humbles aux plus puissants”. Son concurrent, l’ancien président Uribe, a lui dénoncé la politique de son successeur. “Ces expulsions représentent un génocide, et il se prolonge, a-t-il martelé. Il est temps que notre gouvernement le comprenne.” Il a ainsi accusé le président Santos de “faiblesse”. Ce ton dur peut s’expliquer par la tenue d‘élections locales en octobre en Colombie. Le conflit avec le Venezuela en sera sûrement un thème de campagne.