DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rendez-vous à Sozopol, pour le plus grand festival culturel de Bulgarie


le mag

Rendez-vous à Sozopol, pour le plus grand festival culturel de Bulgarie

En partenariat avec

La 31ème édition du Festival d’arts d’Apollonia organisé dans la ville Bulgare de Sozopol a ouvert ses portes pour 10 jours. Au menu de ce grand rend-vous culturel annuel, qui a lancé la carrière de nombreux artistes, acteurs ou musiciens, des concerts de jazz, de musique de chambre ou encore des pièces de théâtre.

Stefan Valdobrev est un chanteur bulgare. Il a représenté son pays à l’Eurovision en 2011. “Nous chantons des chansons bulgares extraites de films bulgares populaires, des années 50 à maintenant. Des chansons que les gens adorent chanter. Nous les interprétons d’une nouvelle manière”, explique-t-il.

Stefan Valdobrev n’est pas seulement musicien et compositeur, il est aussi acteur. Il a invité sur scène quelques uns des chanteurs les plus réputés de Bulgarie. Ceux-ci ont interprété des chansons qui ont plu à un très large public.

Cette année le Festival rend hommage au cinéma bulgare qui fête ses cent ans.

Les réalistaeurs Kristina Grozeva et Petar Valchanov ont eux été récompensés pour leur contribution exceptionnelle à la culture bulgare et à son rayonnement international.

Leur dernier film, “The Lesson”,
basé sur des faits réels raconte l’histoire d’une jeune maîtresse dans un petit village de Bulgarie: Celle-ci recherche un voleur et ce thème lui permet d’enseigner à ses élèves le bien et le mal. Mais après la leçon, la maîtresse apprend que sa maison va être saisie parce qu’elle ne peut payer un crédit. L’enseignante ne trouve d’autre solution que de voler une banque avec un pistolet d’enfant. Le film, qui a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux, a été projeté à Sozopol.

Dimo Dimov, le fondateur du Festival est lui même musicien et connu dans le monde entier pour ses concerts avec son quartet de cordes. Sa réputation lui a permis de créer un festival d’arts aux disciplines multiples dans une grande liberté.

“Le seul et unique slogan que nous avons choisi pour le festival était : liberté, liberté dans les arts, liberté dans la créativité et liberté d’expression. Depuis le début, tous les artistes et les gens de culture voulaient venir ici, tout le monde apprécie l’ambiance et les échanges culturels libres qui ont lieu pendant le festival”, explique Dimo Dimov.

La Galerie de la vieille ville a présenté le travail de plusieurs artistes bulgares. Un hommage spécial a été rendu au peintre Dimitar Kirov, plus connu sous le nom de DiKiro. Décédé en 2008, il est l’un de ceux qui ont le plus influencé la peinture bulgare des années 60. Sa veuve, dont il a fait le portrait peu avant sa mort, était présente au vernissage.

La plupart des artistes choisis pour l’exposition cette année ont basé leur travail sur leurs relations à leur pays d’origine qui a radicalement changé depuis la chute du rideau de fer. Certains artistes se souviennent dans leurs oeuvres de la richesse spirituelle dont les Bulgares ont hérité de l’Antiquité.

Seuls quelques artistes présentés ici peuvent vivre de leurs créations, le marché national de l’art n‘étant pas assez solide. Nombre d’entre eux ont d’autres boulots, dans l’enseignement par exemple, pour gagner plus d’argent. Certains tentent leur chance à l‘étranger mais le fait d‘être exposés au festival d’Apollinia est prestigieux pour eux.

“Ce festival promeut des artistes, les mets en avant dans les médias mais aussi dans les galeries. C’est le plus ancien et le plus populaire festival d’arts de Bulgarie, tous les médias et les journalistes veulent parler des artistes choisis pour l’expo et expliquer leur travail avant même que celle-ci n’ait commencé. Les artistes, eux, peuvent rencontrer ici des gens qui peuvent les soutenir leur travail et les aider à avancer dans leur carrière. Les retombées pour les artistes sont assez importantes”, explique Milko Dobrev, commissaire de l’expo et artiste.

En 10 jours, plus de 70 événements culturels seront présentés.

ALL VIEWS

Touchez pour voir
Prochain article

le mag

Janelle Monae, de la soul et des textes engagés