DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pologne : l'existence du "train nazi" mise en doute par les autorités régionales


monde

Pologne : l'existence du "train nazi" mise en doute par les autorités régionales

Les récentes révélations sur une possible existence du « train nazi » enseveli dans les montagnes du sud-ouest de la Pologne continuent d’alimenter l’actualité du pays. En quelques jours, la nouvelle sur les photos radars du supposé train blindé chargé d’or s’est largement répandue. Elle a précipité vers la ville de Walbrzych de nombreux curieux ainsi que des équipes de médias polonais et étrangers. Le conservateur général des monuments polonais, Piotr Zuchowski, a confirmé la véracité des révélations vendredi dernier ce qui a contribué à renforcer le phénomène.

Or, les autorités de la Basse-Silésie (la région où serait enfoui le train) ont exprimé lundi leur scepticisme sur l’existence même du convoi.

Après avoir organisé une cellule de crise chargée de l’affaire, le voïvode (préfet) de la région Tomasz Smolarz a déclaré aux journalistes : « la valeur informative de l’annonce de la découverte n’est nullement supérieure à celles que nous avons vu apparaître depuis des dizaines d’années. » « En se fondant sur les documents déposés (par les chasseurs de trésors) chez le maire de Walbrzych, il est impossible d’affirmer qu’une telle trouvaille se trouve réellement à l’endroit indiqué », a-t-il ajouté. Tomasz Smolarz a également nié l’existence de photos radars qui, selon les informations divulguées auparavant, auraient été fournies par les auteurs de la découverte, restant toujours anonymes.

La conservatrice régionale des monuments Barbara Nowak-Obelinda a, quant à elle, affirmé n’avoir reçu aucune déclaration officielle concernant la découverte. Elle s’est dite surprise par les propos du conservateur général des monuments Piotr Zuchowski, qui se déclarait vendredi dernier convaincu à 99% de l’existence de ce « train nazi ».

Face à la véritable « ruée vers l’or » provoquée par l’annonce de la découverte, le voïvode a promis une série d’actions ayant pour but de protéger la zone indiquée par les découvreurs potentiels. Les autorités régionales ont également assuré être prêtes à analyser « du point de vue historique, géologique, géographique et technique » toutes les informations fournies.
La légende des trains spéciaux nazis, disparus au printemps 1945, alimente depuis des années l’imaginaire de nombreux chasseurs de trésors. L’existence d’un important réseau de galeries souterraines allemandes (y compris celles autour de l’immense château de Ksiaz, proche de Walbrzych) qui devaient servir d’abri à Hitler, appuie largement leurs récits.

L’émoi suscité par l’annonce de la découverte du train a enthousiasmé le président de la société du château de Ksiaz, Krzysztof Urbanski, très content de la publicité dont le monument profite indirectement. « Pouvais-je rêver d’inviter CNN chez nous ? Ils viennent la semaine prochaine », a-t-il confié à l’AFP. Les doutes exprimés par les autorités de la Basse-Silésie risquent d’anéantir les initiatives promotionnelles que le directeur préparait déjà en vue de l’afflux de touristes dont le château allait bénéficier.

Source : Gazeta Wyborcza

Prochain article

monde

Les insolites : une écrevisse nommée Snowden, haro sur le jediisme...