DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les prix du pétrole dans la tourmente

Les cours du pétrole étaient en légère hausse ce jeudi après-midi. Le baril de Brent de Mer du Nord s’affichait entre 50 et 51 dollars. Il subit donc

Vous lisez:

Les prix du pétrole dans la tourmente

Taille du texte Aa Aa

Les cours du pétrole étaient en légère hausse ce jeudi après-midi. Le baril de Brent de Mer du Nord s’affichait entre 50 et 51 dollars. Il subit donc des variations moins brusques que celles de ces dernières semaines, avec un plus bas de 6 ans à la mi-août, une remontée fulgurante en fin de semaine dernière et une chute d’environ 7% lundi.

Point of view

Le prix du baril de Brent a été divisé par trois en trois ans.

Plus volatile, le marché du pétrole n’en demeure pas moins marqué par une tendance baissière et une offre qui ne faiblit pas. Si l’on regarde les variations annuelles au 24 août 2015, le prix du baril de Brent a été divisé par trois en trois ans.

Pour analyser la situation, Euronews a interviewé Noureldeen Al-Hammoury, analyste chez ADS Securities.

- “Les prix du pétrole continuent à fluctuer. Est-ce qu’ils vont se stabiliser prochainement ou vont-ils descendre sous les 30 dollars comme le prédisent certains analystes ?”

- “ Si on regarde la situation actuelle, les fondamentaux sont les mêmes pour l’instant et on sait très bien qu’on ne va pas remplacer le pétrole, au moins pour les 10 années à venir”, note Noureldeen Al-Hammoury. “La demande mondiale en pétrole est forte, et ça risque de durer.

“Quant aux baisses de prix qui se succèdent, elles vont probablement cesser et le pétrole va augmenter ä nouveau. Les augmentations de cette semaine annoncent une probable stabilisation.”

- “Et jusqu’où pourrait aller cette baisse des prix ?”

- “Vraisemblablement jusqu’aux niveaux atteints ces derniers jours. On ne s’attend pas à voir les prix chuter davantage”, analyse Noureldeen Al-Hammoury.

- “Pourquoi l’OPEP s’est-elle contentée de déplorer la situation, sans pour autant intervenir ?”

-“Les prix ne se sont pas effondrés”, tempère Noureldeen Al-Hammoury. “Certains parlent même d’une sorte de grande crise. Il y aura un accord de l’OPEP, on a eu des échos récemment sur une éventuelle intervention de la part de cette organisation ou sur la tenue d’une réunion extraordinaire pour résoudre cette question des prix du pétrole.”

“Même si avec les récentes augmentations des cours du pétrole, il en est moins question. Il y aura toujours la session ordinaire de l’OPEP de décembre prochain.”