DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cameron réagit après la publication de la photo d'Aylan Kurdi


Royaume-Uni

Cameron réagit après la publication de la photo d'Aylan Kurdi

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La photo du petit Syrien de trois ans retrouvé mort sur une plage de Turquie n’a pas fait que susciter l‘émotion internationale, elle a aussi eu un impact politique. Jeudi, David Cameron, critiqué pour son manque d’implication dans la crise des migrants a assuré que le Royaume-Uni se sentait concerné. La veille il avait pourtant jugé que le plus important était d’apporter “la paix et la stabilité aux régions en guerre” plutôt que de prendre en charge “de plus en plus de réfugiés”.

“Nous accueillons déjà des milliers de migrants et nous accueillerons encore des milliers de migrants… nous surveillons les chiffres des arrivées et il nous pouvons toujours en faire davantage mais il n’existe pas de solution simple pour l’accueil des migrants. Nous devons trouver une solution globale qui puisse résoudre tous les aspects du problème”.

De nombreuses ONG, comme Save the Children, se battent au quotidien pour défendre le droit d’asile des réfugiés syriens et faire changer le discours des politiques.

“Save the Children a toujours dit que le Royaume-Uni pouvait accueillir 10.000 réfugiés syriens. Ca serait une part raisonnable et nous l’avons calculé par rapport à la population du Royaume-Uni, à notre PIB, et à notre taux de chômage comparé aux autres pays européens. Nous pouvons accueillir 10.000 personnes. Ce serait notre contribution pour les Syriens. Il y a 11 millions de Syriens qui ont dû quitter leur maisons. Nous voulons que David Cameron donne son feu vert pour en accueillir 10.000”.

Aucune précision pour l’heure sur le nombre de réfugiés syriens que le Royaume-Uni pourrait accueillir dans les jours qui viennent mais cette photo a incontestablement changé la donne.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Migrants : l'impasse la nuit dernière à Bicske et en Hongrie