DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Volkswagen : le PDG présente ses profondes excuses et n'entend pas démissionner pour le moment

Le scandale des moteurs diesel du groupe Volkswagen a pris une nouvelle ampleur. Le constructeur allemand a admis que 11 millions de ses véhicules dans le monde étaient équipés du logiciel de truc

Vous lisez:

Volkswagen : le PDG présente ses profondes excuses et n'entend pas démissionner pour le moment

Taille du texte Aa Aa

Quel avenir pour le PDG de Volkswagen Martin Winterkorn. Alors que le scandale sur la falsification des tests anti-pollution ne cesse de prendre de l’ampleur, les rumeurs d’un départ précipité ne cessent de grandir. En attendant la réunion du conseil de surveillance ce mercredi, Martin Winterkorn a présenté des excuses à ses clients dans une vidéo.

Point of view

Des millions de personnes à travers le monde font confiance à notre marque, à nos voitures, à nos technologies. Je suis infiniment désolé que nous ayons trahi cette confiance

Martin Winterkorn, PDG de Volkswagen :
“Que ce soit très clair, la manipulation mise en place par Volkswagen ne doit plus jamais se reproduire. Mesdames et messieurs, des millions de personnes à travers le monde font confiance à notre marque, à nos voitures, à nos technologies. Je suis infiniment désolé que nous ayons trahi cette confiance.”

Volkswagen a admis aujourd’hui que 11 millions de véhicules au monde étaient équipés du logiciel de truquage des tests anti-pollution dévoilé par les autorités américaines vendredi dernier. Et selon les premiers éléments de l’enquête, le logiciel serait également présent dans d’autres véhicules diesels du groupe, comme Audi, Skoda et Seat.
La chancelière Angela Merkel a appelé le constructeur allemand à faire preuve de la plus grande transparence.

Alexander Dobrindt, ministre allemand des Transports :
“Volkswagen nous a assurés de son entière coopération sur toutes les mesures que nous prendront. Dans le même temps, nous avons mis en place une commission qui enquêtera pour savoir si les véhicules concernés ont été construits et testés selon les lois allemandes et européennes.”

Ces agissements frauduleux ont jeté le discrédit sur les autres constructeurs automobiles, et la France a demandé à ce qu’une enquête plus globale soit ouverte à l‘échelle européenne.
Rien qu’aux Etats-Unis le montant de l’amende que Volkswagen pourrait avoir à payer avoisinerait les 16 milliards d’euros.