DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hoverspill : une nouvelle génération d'aéroglisseurs


futuris

Hoverspill : une nouvelle génération d'aéroglisseurs

En partenariat avec

Au bord du Pô en Italie, nous découvrons dans cette édition, un nouveau type d’aéroglisseur développé dans le cadre d’un projet de recherche européen baptisé Hoverspill.

Cinquante ans après son invention, l’aéroglisseur est devenu maniable, transformable et utilisable dans des situations d’urgence. Monté sur coussin d’air et propulsé par une hélice, il avance sur l’eau et sur terre, là où aucun autre engin ne peut aller. Mais sur ce modèle d’un nouveau genre, les chercheurs italiens que nous avons rencontrés ont ajouté des innovations essentielles pour le rendre particulièrement facile à piloter.

La puissance d’un camion, la maniabilité d’un scooter

“L’une des principales innovations, souligne Angelo Odetti, ingénieur naval chez Hovertech Ltd., c’est le système de contrôle de la surface appelé “Flaptons” qui est destiné à compenser le dérapage de l’aéroglisseur dans une courbe.”

A bord de l’aéroglisseur, Marco Mastrangeli, coordinateur du projet Hoverspill et président du Centre de recherche des technologies à coussin d’air (ACTR), nous présente cet engin : “Nous avons une même commande pour lever ou baisser le nez, pour l’inversion et la direction, explique-t-il. Le moteur ressemble à celui d’un hors-bord, notre modèle peut être séparé ou couplé à un ou deux autres aéroglisseurs pour former un engin encore plus grand,” précise-t-il ensuite.

Un engin multi-tâches

Cet aéroglisseur peut être utile pour réaliser des mesures environnementales, intervenir sur des nappes d’hydrocarbures ou encore porter secours, comme lors de l’entraînement auquel nous assistons. “Cet engin peut nous aider quand on doit se déplacer sur la rivière, la mer et surtout en cas d’inondation,” souligne
Vincenzo Minenna, instructeur en secours extérieur du Projet de sauvetage ASD. “Ce véhicule représente une solution et clairement une innovation ; ce qui est très important, c’est la formation du pilote : il doit savoir comment agir, comment s’approcher de la personne à secourir dans l’eau,” poursuit-il.

A présent, voyons comment est née cette nouvelle génération d’aéroglisseurs. C’est dans un château en Ligurie que sont installés ces scientifiques italiens qui avec d’autres à l‘échelle de l’Union européenne, participent au projet Hoverspill. Marco Mastrangeli en est le coordinateur. “Il y a 27 ans, nous raconte-t-il, j’ai acheté une entreprise qui disposait de deux petits aéroglisseurs de fabrication américaine, j’ai voulu les exploiter commercialement sur la lagune de Venise, mais ces engins n‘étaient pas adaptés, ils étaient petits avec des moteurs à deux temps.”

Un programme européen de secours en cas de catastrophe

Et c’est cette même passion pour ces véhicules qui pousse un grand nombre de spécialistes en Europe à travailler sur ce projet ambitieux. “Le consortium Hoverspill rassemble des experts de premier plan, fait remarquer Paola Rigoni, manager en charge des communications chez Servizi Operativi Anfibi Srl, dans les domaines de la dynamique des fluides, de l’ingéniérie mécanique et de l‘étude des hélices : toutes ces compétences étaient nécessaires pour faire fonctionner un véhicule aussi spécial de manière satisfaisante.”

En parallèle de leur Plateforme multifonction sur coussin d’air – le nom officiel de l’aéroglisseur -, les équipes d’Hoverspill ont aussi développé un vaste programme de prévention des catastrophes côtières baptisé “Shore Sentinel”. Ce programme “sera basé à Venise et le long du Pô : le second site répondra aux besoins en secours d’urgence de 200 à 300 municipalités, détaille Marco Mastrangeli, coordinateur du projet , au niveau européen, des équipes disposant d’aéroglisseurs entreposés dans des containers resteront en stand-by à l’aéroport de Rotterdam : elles seront prêtes à partir en cas de grandes catastrophes comme récemment au Bangladesh ou lors d’inondations.”

Prochain article

futuris

L'avenir sous un nouvel éclairage