DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pas de contretemps possible pour le gouvernement grec


Le bureau de Bruxelles

Pas de contretemps possible pour le gouvernement grec

L’objectif de la visite en Grèce du Commissaire européen en charge des Affaires économiques et financières est simple. Pierre Moscovici veut s’assurer que le gouvernement grec maintienne le rythme et l’ampleur des réformes structurelles promises en échange d’un troisième plan de sauvetage de 86 milliards d’euros sur trois ans. Le Commissaire reconnaît cependant qu’Athènes doit prendre des « décisions lourdes » d’ici la fin de l’année.
Le Parlement grec doit ainsi adopter rapidement un nouveau train de réformes, comme celui du système des retraites ou une dérégulation du secteur des pharmacies.
Pour le président de la Banque européenne d’investissement la Grèce doit poursuivre sur cette voie. Mais Werner Hoyer demande aux autorités de grecques de bien cibler les coupes. « Je crois par exemple que tout ce qui affecte l‘éducation, la recherche, l’innovation dans ce pays est préjudiciable. Ce n’est pas là où je ferais les coupes », précise-t-il.
Respecter le calendrier convenu avec l’Union européenne est aussi essentiel pour ramener la confiance entre Athènes et ses créanciers.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Un poisson peut en cacher un autre