DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Canada de Justin Trudeau : "We are back !"


Canada

Le Canada de Justin Trudeau : "We are back !"

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Redorer l’image du Canada à
l‘étranger, c’est le premier objectif de Justin Trudeau qui veut tourner la page de l‘ère conservatrice de Stephen Harper. Le soir même de son triomphe électoral, le 20 octobre dernier, le leader du Parti Libéral l’avait annoncé à ses compatriotes :

Beaucoup d’entre vous s’inquiétait du fait que le Canada ait perdu sa voix compatissante et constructive dans le monde au cours des 10 dernières années. Et bien, j’ai un message simple pour vous. Au nom des 35 millions de Canadiens, nous sommes de retour !

Hasard du calendrier, c’est d’abord à l‘étranger que Justin Trudeau va pouvoir imprimer son style et assurer ses partenaires d’une inflexion de la diplomatie canadienne. Il veut un pays plus impliqué sur la scène internationale.

Il fera ses débuts au G20 en Turquie le 15 novembre, puis il s’envolera
aux Philippines pour le sommet de l’APEC le 18, et quelques jours plus tard, il ira à Malte pour la rencontre du Commonwealth.
Mais c’est au sommet du Climat à Paris en décembre que Justin Trudeau pourra signer le retour du Canada sur la scène environnementale et améliorer la réputation de cancre de son pays.

Le Canada, qui fait partie des 10 plus gros pollueurs de la planète, est, en effet, sorti du protocole de Kyoto en 2011, au profit du secteur pétrolier des sables bitumineux d’Alberta.

Mais il devra compter avec les Premiers ministres des 10 provinces canadiennes qui ont de larges compétences en la matière.

Je vais m’engager avec les Premiers ministres dans les semaines à venir, à mettre sur pied une position solide en matière d’environnement pour le Canada, afin que les gens sachent que les années où le pays a été un acteur moins enthousiaste sur le changement climatique, sont derrière nous.

De retour de sa tournée internationale, le nouveau chef de gouvernement devra rapidement honorer ses promesses électorales.

Il veut stopper l‘érosion de la classe moyenne, et cela passe notamment par l’allégement de la pression fiscale pour les revenus compris entre 31 249 et 81 837 euros. Trudeau a en revanche prévu une augmentation des taxes pour les revenus supérieurs à 183 081 euros. Et il compte investir dans les infrastructures.

Le Premier ministre devrait aussi rapidement amender la loi anti-terroriste passée au printemps dernier par les conservateurs après les attaques à Ottawa le 22 octobre 2014 orchestrées par des jeunes radicalisés aux idées djihadistes. Cette loi accorde en effet des pouvoirs aux services de renseignements qui frôlent la violation de la vie privée.

Justin Trudeau s’est aussi engagé à accueillir 25 000 réfugiés syriens avant le 31 décembre sur le sol canadien. Mais c’est une échéance qu’il sera difficile d’honorer pour des raisons logistiques et sécuritaires.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bali coupé du monde, en tout cas par les airs