DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Martin Schulz vient constater la politique de relocalisation des réfugiés depuis la Grèce


Grèce

Martin Schulz vient constater la politique de relocalisation des réfugiés depuis la Grèce

Athènes en a effet procédé à sa première relocalisation de migrants avec trente personnes parties au Luxembourg.

Le président du Parlement européen et le commissaire européen à l’Immigration Dimitris Avramopoulos ont visité un camp de réfugiés installé en périphérie de la capitale grecque.

“Je crois qu’il est relativement facile de comprendre qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème grec. C’est un problème commun et européen et on peut le résoudre en travaillant tous ensemble”.

Pourtant, des manifestants proches de l’extrême-gauche grecque ont dénoncé cette visite et appelé à une véritable politique d’asile en Europe et à arrêter les guerres.

Alors que le HCR a évalué à quelque 800.000 personnes le nombre d’entrées illégal dans l’UE cette année, la politique initiée par les Vingt-Huit prévoit de relocaliser sur deux ans 160.000 réfugiés syriens, érythréens et irakiens pour la plupart arrivés en Italie et en Grèce.

En attendant, les réfugiés qui ont surmonté “la périlleuse traversée en mer sont pris en charge par des bénévoles débordés dont la priorité est de leur fournir des vêtements et à manger” comme l’explique cette femme.

Ces réfugiés afghans ont été installés dans un ancien complexe sportif ayant été utilisé lors des Jeux olympiques de 2004.

“La Grèce s’est engagée à accueillir plus de 50.000 réfugiés par an. Mais comme leur nombre augmente rapidement chaque jour, le gouvernement grec met en garde : si une solution n’est pas trouvée rapidement, il sera bientôt incapable de faire face à l’afflux des migrants depuis les rivages turcs, explique notre correspondant à Athènes, Stamatis Giannisis”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une usine s'effondre au Pakistan, quelques jours après le séisme