DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Helmut Schmidt, figure de la social-démocratie allemande


monde

Helmut Schmidt, figure de la social-démocratie allemande

Les Allemands se souviendront du cinquième chancelier de la République fédérale comme d’un fervent consommateur de nicotine. Fumeur invétéré, Helmut Schmidt était aussi un penseur et un homme d’Etat.

“Je n‘étais pas intéressé par le pouvoir, je n‘étais pas non plus intéressé par la carrière. Mais il est vrai que j‘étais intéressé par la reconnaissance publique. Celui qui convoite le pouvoir est potentiellement dangereux”, dira t-il.

L’arrivée de Schmidt à la tête du gouvernement intervient dans une période turbulente de l’histoire ouest-allemande. Etiqueté SPD, il est élu chancelier en 1974. Son prédecesseur, Willy Brandt, a démissionné suite à une affaire d’espionnage impliquant un de ses conseillers.

Son talent se révèle durant la guerre froide. Face à la menace de missiles soviétiques, il presse les alliés du pacte atlantique de se tourner vers Washington. En 1979, l’OTAN décide d’installer des missiles en Europe occidentale pour riposter aux SS-20 soviétiques et d’engager des négociations avec Moscou pour en obtenir le retrait.

Si cette stratégie déclenche des protestations anti-nucléaires massives en Allemagne, elle s’avèrera payante : Moscou retirera ses missiles de moyenne-portée.

Sur le plan intérieur, Schmidt refuse de s’incliner devant la Fraction Armée Rouge, organisation terroriste d’extrême-gauche, responsable d’attentats à la bombe et d’enlèvement, dès la fin des années 60.

En 1977, des militants palestiniens détournent un avion de la Lufthansa vers Mogadiscio, exigeant la libération de leaders de la Fraction Armée Rouge. Helmut Schmidt autorise l’unité de lutte antiterroriste à intervenir.

Après 8 années passées à la tête du gouvernment, Helmut Scmidt est contraint en 1982 à la démission, suite à une motion de défiance du Parlement. Sa coalition avec le Parti libéral-démocrate a éclaté et ses anciens alliés se sont ralliés aux chrétiens-démocrates. Helmut Kohl devient chancelier.

Helmut Schmidt reste cependant une figure de la vie publique en rejoignant la direction du quotidien de gauche allemand Die Zeit, où il est aussi chroniqueur. Durant trois décennies, il continue ainsi d’influencer la sphère politique, au sein du SPD et de l’opinion allemande.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Le 11 novembre, c'est Poppy Day !